Il ne se passe pas une semaine sans que je ne tombe sur un site « fait maison » ou via un service en ligne, par quelqu’un dont ce n’est pas le métier. Et il ne se passe pas un mois sans que je ne croise quelqu’un convaincu d’avoir fait le bon choix en réalisant un site approximatif lui-même.

aetherconcept-15-raisons-antiplateformes

Comme annoncé précédemment, je suis en plein dans l’écriture d’un livre professionnel sur la communication. Pour l’occasion, plusieurs de mes articles y sont intégrés après avoir été spécialement retravaillés pour cet ouvrage. J’en profite alors pour actualiser la version en ligne de quelques uns dont celui-ci.

Donneriez-vous votre voiture à réparer à un collectionneur de modèles réduits qui ne soit pas garagiste ? Alors voici dix bonnes raisons de plus pour arrêter de bricoler. Pour compléter mon précédent article sur le sujet, voici dix bonnes raisons pour arrêter de bricoler.

Les sites « one page » ou parallaxe

Il s’agit d’un modèle de site Internet qui tient sur une seule et unique page. Il est souvent associé à un petit effet de défilement sympas de l’arrière-plan. Mais en étant limité à une unique page, vous diminuez la quantité de pages que Google peut référencer. Et qui dit un nombre de pages diminué, dit moins de contenu référencé. Et moins de contenu référencé signifie moins de personnes à vous trouver par le biais des résultats de recherches. En conséquence, bien que les sites one page soient très esthétiques, ils limitent votre portées dans les moteurs de recherche.

Impossible de montrer patte blanche à Google

aetherconcept-bebe-peurLa plupart des plateformes ne vous permettront pas d’intervenir dans le code. Et en conséquence, elles vous empêchent de donner à Google la possibilité d’analyser et vérifier votre site dans Webmaster Tools. Il s’agit de la console de Google pour surveiller plusieurs données, telles que le nombre de pages indexées, les erreurs, les liens vers votre site, ainsi que bien d’autres éléments. Si l’outil semblera un peu complexe pour au début, il s’avère être d’une grande aide pour l’optimisation de votre référencement.

Une mauvaise première impression

« Je ne suis qu’un petit magasin, j’ai besoin de peu et je vais le faire moi-même. » C’est pourtant à la première impression que tout se joue. Vous pensez que vos clients n’ont pas assez de discernement pour voir la différence ? Posez-vous cette question : feriez-vous confiance au site de votre banque s’il ressemblait au votre ? Certains diront que les goûts et les couleurs, il y en a pour tout le monde. Mais en réalité, il s’agit d’abord de faire quelque chose d’efficace qui remplisse un objectif. C’est pour ça que ce travail réclame un regard averti.

Pas adapté aux mobile

aetherconcept-domino-fail50 % du trafic vient des mobiles. On peut donc considérer qu’en plus des autres défauts qui pousseraient un visiteur à quitter votre site, 45 % sont déjà potentiellement perdus. Dommage. Rome ne s’est pas construite en un jour : vous pouvez construire un site web avec n’importe quel constructeur de site en 30 minutes environ. Autant qu’il en faut pour faire un gâteau en somme. Mais votre entreprise ou votre organisation mérite certainement plus de temps et d’énergie pour sa communication, que celle mise dans la conception d’un gâteau.

Aucune différenciation avec vos concurrents

En passant par des plateformes de ce genre, vous serez nombreux à tous avoir le même site. En effet, ces outils ont leurs adeptes. Mais en proposant une poignée de modèles de base, le risque que plusieurs personnes disposent du même site Internet est grand. Combien Facebook a-t-il de concurrents qui ont le même site que lui ? Aucun et Zuckerberg est devenu milliardaire. Il ne s’agit pas de faire de vous un milliardaire, mais la différenciation participera à votre réussite.

La publicité

Avec ces solutions douteuses, on est souvent contraint à un gros bandeau publicitaire “Ce site a été créé avec trucmuche.fr. Créez le votre gratuitement”, collé en bas du site. Ces bandeaux, malheureusement, perturbent visuellement les internautes et ne participent pas à crédibiliser l’entreprise. Un professionnel n’affichera pas un tel bandeau sur les sites qu’il conçoit, mais plutôt une signature discrète, à la façon d’un artisan signant sa réalisation.

Pas de support

Si vous avez des questions, personne ne sera là pour vous écouter râler. Ils ont du personnel de suivi, mais bien souvent vous aurez à payer. Souhaiteriez-vous payer votre banque ou votre assureur à chaque fois que vous les appelez pour poser une question ?

Toujours des frais

aetherconcept-sallusteQue ce soit pour des conseils, le nom de domaine, de la personnalisation et j’en passe, l’utilisateur a continuellement des choses à payer. Au bout de deux ans, c’est comme si il avait fait appel à quelqu’un pour concevoir son site Internet. Sauf que là ce sera très probablement et malheureusement moins bien.

Prise d’otage du nom de domaine

Je ne compte plus les fois où des personnes m’ont appelé en situation délicate car leur nom de domaine ne leur appartenait plus. Heureusement pour certains, les circonstances et quelques arguments juridiques bien placés permettent de corriger le tire. Mais pour d’autres, c’est peine perdue. Je le redis, un site Internet, c’est comme pour un repas d’affaire avec un client : si vous avez le choix du restaurant, vous l’emmenez dans ce qu’il y a de mieux pour vous. Et bien considérez votre site de la même façon. Faire du bricolage avec son site Internet, c’est comme si vous emmeniez vos clients potentiels au Mac Do.

Votre prestataire se soucie de vous

Personne ne se soucie plus de votre succès qu’un prestataire consciencieux. Un exemple ? Suite à la vague de piratages qui a eu lieu il y a deux ans et demi, j’ai amélioré gracieusement la sécurité des sites de tous mes clients par précaution. Les professionnels, quelques soient leur métier d’ailleurs, ont tout intérêt à aider votre entreprise à croître parce que quand vous grandissez, nous en faisons de même.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Sébastien DROUIN

Sébastien DROUIN

Consultant en communication, designer graphique, blogueur, formateur, chroniqueur radio, catholic veggie, zèbre et râleur joyeux. Mi-ours, mi-panda et re-mi-ours derrière.

Recevez ma newsletter

Assurez-vous de ne plus manquer un seul article en rejoignant les 14 000 visiteurs mensuels du blog de l'Aetherium.
Je prends soin de votre e-mail autant que du mien

Vous aimerez aussi

L’Aetherium évolue : le logo, le site et le blog avec
PAR Sébastien DROUIN, 
LE
16 novembre 2017
La fin d’année approche, pensez à soigner vos vœux
PAR Sébastien DROUIN, 
LE
30 octobre 2017