Cherche graphiste bénévole : va te faire voir, ça ira ?


Quel graphiste n’a jamais eu droit à des demandes douteuses de ce genre ? De voir régulièrement ces annonces de professionnels recherchant un graphiste gratuit commence à me courir sur le haricot. Aussi, je lâche mon bronze et explique pourquoi nous ne pouvons tolérer une telle attitude. Car notre métier, comme tout job qui se respecte, mérite salaire.

aetherconcept-kim-title

Extrait d’une campagne de sensibilisation de Reporters sans frontières

Le graphiste… Cette créature à mi-chemin entre le professionnel et l’artiste, que les gens ne savent pas trop où caser, pour finalement lui coller quand même l’étiquette « artiste » sur le front. Chez les gens, l’étiquette « artiste » signifie que :

  • Vous êtes un sans le sous qui vit sous les toits
  • Vous faites la manche et dessinez des portraits pour arrondir vos fins de mois
  • Vous vivez d’amour et d’eau fraîche et n’avez pas réellement besoin d’argent

Bref, de gros préjugés. Et le pire, c’est que j’exagère à peine en disant que beaucoup des gens cherchant des graphistes gratuits ont cette vision de la profession. Cela signifie donc pour nous :

  • Qu’ils ne connaissent rien à l’art
  • Qu’ils ne connaissent rien au graphisme

Aussi, avant de rentrer dans le vif du sujet, voici une brève définition, qui leur est destinée, de ce qu’est le métier de graphiste (à mon humble avis) :
Le graphiste est polyvalent dans ses compétences. Il a des aptitudes graphiques, éventuellement artistiques, d’analyse et de technique (tant au crayon qu’à la souris). Il est capable de trouver le juste équilibre entre ce dont le client à besoin et ce dont il a envie. La sensibilité artistique du graphiste n’est là que pour accompagner, voir relever, cet équilibre en fonction de la situation.

Cette définition étant faite, revenons à nos moutons : les demandeurs de graphistes gratuits. Généralement, le négrier (personne qui se livre à l’esclavagisme), tente désespérément de vous faire croire qu’il s’agit d’une bonne affaire pour vous, mais il n’en est rien :

« En échange, je te ferai de la pub et tu pourras mettre ton nom sur les créations »

Et ensuite ? Légalement, nous sommes de toutes façons obligés de mettre notre nom ou celui de notre entreprise (à défaut, celui de l’imprimeur). Quand à ta pub, elle a la même valeur que l’encart n°18/100 d’un catalogue récapitulatif des sponsors d’une course de motos locale : aucune. Au passage, tu m’offre une voiture de ta concession ? En échange, tu auras droit d’y mettre un autocollant avec ton téléphone, et je te ferai de la pub, promis.

« Ca vous fera des choses à ajouter dans votre book »

Primo, tu sais même pas ce qu’est réellement un book mon coco. Secondo, heureusement qu’on attend pas nos premiers contrats pour nous faire un book nous permettant de justifier nos compétences. Alors quand on a quelques années de bagages… Hey ! Tu m’installe une salle de bain toute neuve gratos ? Tu pourras toujours dire que tu as fait une installation chez un super graphiste !

« On vous paye si le résultat nous plaît »

Super garantie… La coupe de cheveux, tu comprendras hein, mais je la paye que si ça me plaît… Tiens, hier soir, je suis allez au resto. Dégueulasse : j’ai pas payé. En fait si, c’était super bon, mais faut pas le dire hein : ça m’a fait gagner 200 euros.
Se tirer une balle dans le pied...

« Je ne comprends pas… On a toujours fonctionné comme ça avec vos confrères par le passé ! »

Ou c’étaient des pigeons. Ou il ment. Ni plus. Ni moins. Pour ma part, à cette dernière excuse, je réponds systématiquement : « Très bien, dans ce cas continuez à travailler avec ces personnes, ça ne m’intéresse pas, je ne travaille pas comme ça ». L’image ci-contre illustre bien ce qu’est le travail gratuit dans le cas présent : c’est se tirer une balle dans le pied.

Attention, il existe un autre piège qu’on l’ont peut assimiler à du travail gratuit :

« Participez à un concours de graphisme pour créer notre logo »

Évidement, seul celui retenu sera rémunéré, les autres finiront aux oubliettes. D’une, aucune réelle garantie d’être rémunéré. De deux, aucune garantie que votre travail ne sera pas réutilisé ou détourné dans un autre but. Dans un cas comme dans l’autre,vous l’avez dans l’os.

A nos clients et à ceux qui nous prennent pour des buses : Ne vous méprenez pas, le graphisme est un vrai métier qui demande du temps de recherche, de réflexion, de création et de réalisation. La plus petite commande peut vite prendre de nombreuses heures en fonctions de ce que vous souhaitez. Le format et la quantité importe peu, le processus créatif reste le même. De plus, demander un graphiste gratuit, c’est aussi pour vous n’avoir aucune garantie du rendu et de la qualité : vous en aurez pour votre argent, donc, pas grand chose.

A nos chers confrères débutants ou en manque de notoriété : Ne tombez pas dans la facilité du gratuiste (graphisme + gratuit) pour gonfler votre book ou espérer de la pub. Ca ne vous rapportera rien. Pour ma part, les jobs gratuits que j’accepte sont à but associatifs et citoyens uniquement. Si vous vous sentez attiré par un projet particulier, souhaitez aider un ami, ou qu’une réelle opportunité s’offre à vous et réclame un sacrifice de temps au début, foncez ! Mais n’accepter pas du travail d’un parfait inconnu sans aucune garantie derrière. En acceptant de travailler pour rien, vous dévalorisez votre travail, ainsi que celui de vos confrères face à la demande. De plus, en terme de travail non rémunéré, vous aurez bien assez à faire avec les faire-part de naissances, de baptêmes et de mariages de la famille…

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

     

Sébastien DROUIN

Consultant en communication, designer graphique, blogueur, chroniqueur radio, catholic veggie, vice-président communication des Jeunes Démocrates et râleur positif. Mi-ours, mi-panda et re-mi-ours derrière.

Recevez ma newsletter

Assurez-vous de ne plus manquer un seul article en rejoignant les 8 000 visiteurs uniques mensuels du blog de l'Aetherium.
Je prends soin de votre e-mail autant que du mien

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

158 réponses
  1. En premier lieu très bon article il reflète tout à fait la réalité ! Sortant d’étude de graphisme et approfondissant mes connaissances en Web j’ai effectué quelques boulots en free-lance et nombreux sont les enfoiré qui te font travailler pour des radis et soit disant pour « notre book » ou nos « référence ». Je le sais bien mon premier site internet m’a rapporter 300 euro pour des trentaine d’heure de boulot et plus de 6 mois de mec relou avec sans cesse l’argument du « je te ferais de la pub et tout » et quand tu débute et que t’est étudiant de plus on se fait facilement avoir… Et au final le site n’est même pas dans mon book tellement le travail à été chaotique. Débutant ne vous faites pas avoir !

    Merci de ce rappel et ça fait plaisir de voir qu’on est un paquet à en avoir marre des gens qui considère le graphiste comme un amoureux de l’art qui vit d’amour et d’eau fraîche.

    Cordialement un étudiant graphiste / webdesigner.

    • Céline dit :

      Le problème est qu’en étudiant on vous forme à tourner 2 mois en rond pour des pécadilles, en temps que bénévole, on vous demande pas de refaire l’image d’une boite, si ces demandes sont si inconfortables pour vous c’est très probablement que vous être loin du compte. Je sais de quoi je parle.

    • Kaes dit :

      Et bien détrompes-toi ! Beaucoup de confrères te le diront : ils sont nombreux a tenter le coup d’une com’ complète gratuitement (ou presque) ! J’ai encore été sollicité voila 5 jours pour une « grosse » campagne marketing pour l’emploi sur Rennes Métropole avec l’argument « ça vous fera de la pub avec les retombées ».

    • thomaspop dit :

      dernièrement le site xboxone.fr cherchait un graphiste pour mettre a jour la totalité de celui-ci, je les ai alors contacté pour leur proposer mes services en leur montrant un peu mon travail ils avainent l’air conquis mais quand nous avons parler tarifs enfin quand moi j’ai parlé tarifs j’ai senti un léger froid
      c’est donc a ce moment qu’on m’a proposé de me faire de la pub etc etc… toujours pareil et décevant venant de gros site comme ça qui se font de l’argent grâce a toi.

    • Malheureusement… Jusqu’à ce que j’écrive cet article, j’avais ce type de demande assez régulièrement. Curieusement, et sans doute parce que c’est l’un de mes articles qui me référence le mieux sur la toile, je n’ai plus de demande du genre depuis sa publication…

    • Ju dit :

      C’est une honte de vous lire.
      D.A dans une grosse agence de pub, je vais vous expliquer la réalité du métier.

      Nous avons besoin de temps, car nous ne faisons pas de l’art. Nous ciblons, faisons ressortir un message, cherchons les goûts et envies de notre clientèle, faisons des boards, pour cerner des univers, établissons des stratégies de communication, etc…
      Il y’a quelques années nous avions le temps de faire notre travail correctement, pcq ce n’est pas du hasard d’avoir une belle et surtout juste idée qui impactera le plus grand monde ( où on ne ferait pas des études ). Aujourd’hui on est dans une course contre la montre perpétuelle, dans mon milieu, les 3/4 se cokent, finissent en burn out, et j’en passe… Car des idiotes comme vous trouvent qu’une journée pou créer un visuel publicitaire est largement suffisant. Quand les responsables marketing donnent 2h à mes graphistes dans le planning pour effectuer un détourage complexe et qu’ils y passeront la nuit ; j’entend votre argument « Le problème est qu’en étudiant on vous forme à tourner 2 mois en rond pour des pécadilles ».
      Et un étudiant à la sortie de l’école, reste ce que l’on appelle un junior… Donc il travaille moins vite… Ah mais zut, c’est le seul qui accepte d’être exploiter à cause de sa précarité !

      Pour ce qui est du bénévolat, on a fait des études, on travaille dur, nous ne sommes pas obligés de nous faire exploiter. Et moi je ne travaillerai pas gratuitement pour faire l’image de Renne Métropole qui est largement à ma portée. Pq ? Pcq je les emmerde, que mon travail mérite un salaire et que je ne suis pas une artiste donc la renommée…. Je m’en fou !

      Vous êtes très loin du compte en effet.
      Continuez à exploiter ou à être exploiter, mais épargnez nous votre leçon d’incompétence.

      Merci pour ce très bon article.

  2. Très bon article. On observe la même chose dans le développement web. Les développeurs sont soumis à cette même bêtise et d’ailleurs cela a tendance à casser le marché.
    En plus, lorsque c’est gratuit, votre travail sera sans cesse remis en cause. Le pseudo client adore dégrader votre rendu, car de toute façon « c’est gratuit ».

    • gojul dit :

      Ca s’applique en fait aux informaticiens en général :
      – « Tiens tu peux venir me dépanner mon PC ? » (un médecin me l’a demandé une fois)
      – Ou alors pour payer les dévs (web mais pas que) au lance pierre…

  3. Joëlle dit :

    Oserais-je ajouter aussi que graphiste est un métier qui s’apprend et qui ne s’improvise pas?
    Combien de pseudo-graphistes tuent notre réputation en s’improvisant « graphiste photoshop » bénévole?

    – Si cher pour une carte de visite??? Mais le fils de mon voisin me le fait pour 20euros et il est étudiant en kiné!

    • Kaes dit :

      Ah oui ! Je l’avais oublié celle là !

    • john sharo kthulhu dit :

      n’oublie JAMAIS le fils de ton client, ou de ses voisins

    • KloWh dit :

      Ouais enfin, quand on voit ce qu’on apprends en école de graphiste … parfois ça m’étonne pas que les fils de voisins ou clients ait un meilleur niveau que certains … si tu devais exercer le métier de graphiste rien qu’avec ce qu’on t’apprends à l’école, mieux vaux rester sur paint hein …

    • Ou tu as des préjugés, ou tu es vraiment tombé sur des mauvais (possible aussi). Heureusement, le métier de graphiste ne s’exerce pas uniquement avec ce qu’on apprend à l’école. Je ne connais d’ailleurs aucune profession pour laquelle ce soit le cas

    • Gwadi dit :

      Généralement Les Graphistes sortent de Formation Pro. c. a. d. école payante ou Alternance. Et formation Pro = on te donne les bases mais c’est pas pour ça que tu peux te lancer en free-lance juste après. C’est pas des Docteur les mecs! Ils ont besoins de travailler sur des vrais projets pour être considéré comme Graphiste « Junior »: le graphiste de Base a qui on donne juste le taf relou. Apres tu passe Graphiste confirmé celui qui travail avec un DA et plusieurs autres Graphistes. Puis tu passe Graphiste « Sénior » celui a qui on fait confiance pour Créer des choses précises et donner des Idées. Bref ya pas qu’un type de graphiste.

  4. Jahyra dit :

    « Si vous ne voulez pas de cette opportunité, ma secrétaire peut me le faire… c’est parce que je veux que le travail soit bien fait que je fais appel à vous! »
    Ah ah ah.
    Déclinaisons possibles : dessinateur, photographe…

    • Kaes dit :

      Oui, comme je le dis dans l’article, on retrouve des choses assez similaires avec pas mal de professions. Celles liées à l’image étant les plus touchées.

  5. Gwegwenne dit :

    Ah merci ! ça fait du bien à entendre.
    Le pire étant les graphistes qui trouvent ça normal de bosser moins chers/gratos. Je sais pas trop comment ils font pour payer leur loyer.
    Il nous faudrait un syndicat ou du moins que plus personne ne casse les prix.

    https://www.facebook.com/groups/actugraphisme/

  6. Pierre dit :

    dessine moi un pigeon!

  7. Sarah dit :

    Très bon billet, tout est dit, et très bien! Je tiens à ajouter que dans ma branche (la mode) c’est pareil!

  8. Raphael dit :

    Sinon t’as la version DJ aussi « on la joue gagnant gagnant si y’a du monde à ma soirée je te file un billet et puis de toute façon c’est bon pour ton expérience et réputation, et puis t’as pas besoin d’amener du matériel »

    • Kaes dit :

      Ca concerne tous les métiers de prestations de services et conseils au final, et le DJ en fait parti

    • Silcee dit :

      Oserai-je ajouter les métiers de l’agencement (cuisine – salle de bains – dressing…) où les clients attendent de partir avec nos plans 3D super léchés et réfléchis (si, si y’en a qui bossent) parce beaucoup, beaucoup de « confrères » ou grosses enseignes de m**** donnent leurs plans faits à la va-vite pour vendre du meuble au mètre linéaire.
      Forcément c’est compliqué de leur faire comprendre que notre travail ne se donne pas lorsque eux-mêmes ne donnent pas le leur. Dans mon secteur, on travaille pour rien tant que le projet n’a pas été vendu (au contraire des décorateurs et architectes).
      Depuis qu’une décoratrice d’intérieur m’a « fait la leçon » sur la qualité de mon travail, j’avoue que je m’en porte mieux. Certes, je perds des prospects (ceux qui ne veulent finalement pas comprendre) mais au moins, je suis davantage respectée pour les heures passées à peaufiner une ambiance et je ne perds pas de temps à travailler pour ces probables enquiquineurs.
      Bref, je ne fais pas le même métier que vous et je ne me considère pas comme une artiste, mais je vous comprends totalement… le combat est loin d’être gagné tant que vos/nos confrères/concurrents ne feront pas front et c’est bien notre problème…
      Bonne continuation à vous.

  9. Antoine dit :

    J’ai du mal à prendre au sérieux cet article venant de quelqu’un qui se dit autodidacte, et qui, au final ne respecte quasiment aucune regles graphiques dans ses productions. Tu dénigre les « débutants »….mais regarde le header de site….

    Bref, un peu d’humilité et moins de leçons

    • Kaes dit :

      Je ne vois pas où je dénigre les débutants, ni où je manque d’humilité, et je n’ai jamais caché mon orientation plus print que web
      En revanche, je suis toujours preneur de bons conseils, donc si tu en as au sujet de mon header plutôt que d’y faire une simple allusion, je ne dis pas non.
      Sur les « règles graphiques », bien que j’admets sans mal ne pas être le plus créatif, je suis relativement sur de moi côté print en terme de mise en page, gris typographique et efficacité de mes compositions.
      Bref, l’histoire de la poutre, du fétu de paille et de l’œil du voisin

    • Jean-Marc dit :

      Il y a deux sortes de graphistes, bons et mauvais. Le bon graphiste il crée, le mauvais graphiste bah il crée…

  10. Ugo dit :

    Si on en est là c’est parce qu’il y a trop de « graphistes », simplement.
    Ou plutôt : trop de personnes qui veulent être graphistes, ça se bouscule du coup certains sont prêts à bosser gratuitement, pas pour remplir leur book mais pour pouvoir dire « j’ai bossé pour eux, eux et aussi eux ».

    Ceux-là feraient mieux de s’orienter vers un métier différent où ils pourraient justement apporter du nouveau, de la créativité.

    Aujourd’hui ce n’est pas le milieu du graphisme qui a le plus besoin de créativité, car pour ça il existe déjà pleins de gens bourrés de talent.

  11. daswop77 dit :

    exactement le même combat pour l’animation

  12. Guillaume dit :

    Dommage que mes messages ne passent pas la « modération »…

    • Kaes dit :

      J’ai supprimé 1 commentaire que j’estimais déplacé et non constructif, c’est tout. Pour le reste, aucune « modération » n’a été appliqué.
      Les commentaires ne sont pas publiés aussi tôt, ils sont validés en amont afin d’éviter le spam.

  13. Sarah dit :

    Nous avons besoin d’un syndicat pour les professions artistiques comme les graphistes, les stylistes, etc. On nous prend pour des cons, pour des poires, on nous réclame 5 ans d’expérience pour faire un misérable stage… Ah oui tiens, les stages, encore une belle pigeonnade!

  14. Georges dit :

    Bonjour. C’est un bon papier. Pour ma part, je suis un « méchant » car quand j’ai voulu crée mon site j’ai en effet pris un graffiste et un webamster « gratuitement », ils se sont « fait la main » et j’ai pu commencer… Par contre, aujourd’hui j’ai une SAS et j’ai « offert » des parts au graffiste et au webmaster, un geste normal en échange du travail. Si j’ai, je pense pouvoir le dire, réussi, c’est à cause d’eux ! TOUT TRAVAIL MERITE SALAIRE ! Mais attention, j’avais besoin d’eux sur une grande période, ils ont pu voir mon travaille s’agrandir et quand j’ai gagner de l’argent ils étaient les 1ers à le savoir. Il ne faut donc pas mettre complétement de coté le travail « gratuit » du départ…

    • Kaes dit :

      Merci de ton avis très pertinent ! L’honnêteté dont tu as fait preuve, tu l’admettras, est peu courante bien que tout à ton honneur. Ce que tu dis correspond assez à ma conclusion, dans laquelle je mentionne le fait que certains projets méritent qu’on y accorde du temps « gratuitement » au début

    • Céline dit :

      Oui c’est difficile de commencer un projet quand tout le monde te tourne le dos, et sur le long terme, ce n’est pas justifié.

  15. Drama dit :

    Tout à fait d’accord !!
    Très bon article je suis étudiant en communication visuel dans un lycée et ma formation est souvent / trop souvent dénigré par les autres, je rejoins l’idée de l’iceberg :DD c’est exactement ça !!
    non on ne fait pas du « coloriage » tout les éléments qui le compose sont réfléchis.

  16. Goncalves dit :

    Syndiquons nous !

    Comme au USA, les scénaristes, par exemple, sont syndiqués.
    Souvenez vous lors de leur gréve, toutes les séries on été amputés de plusieurs épisodes. Ça a fait mal et ils se sont fait entendre.

    La grève n’est pas la solution mais un groupement important peu faire la différence.

    Dans beaucoup de pays existe des syndicats mais contrairement à la France ils ne sont pas rattaché à un parti politique, il ne sont financé QUE par les adherents et l’OBLIGATION d’y adhérer pour pratiquer son métier font d’eux des interlocuteurs puissants et inévitables.

    Quant ils menacent de faire grève, le premier réflexe du camps d’en face est de négocier et si la grève ne peut être éviter, alors la situation se crispe définitivement.

    Plus récemment souvenez vous de la grève des joueur NBA qui à écourté la saison et fait perdre des millions a la ligue de basket américaine.

    Voila la solution a nos problème. Tant que nous seront isolé les uns des autres, ils pourrons continué la chasse au pigeon.

    PS : Je suis illustrateur.

    • NyFa dit :

      Ta vue ça ou qu’en France les syndicat sont rattachés aux partis politique???? Quand t’es syndiqués ta aussi le DROIT d’avoir des idées politiques et d’être encartés dans un partis. Comme partout ils sont financés par leurs adhérents et non par les partis politique qui soutiennent leurs actions.

      Il existe déjà un syndicat pour les graphistes, dessinateurs et autres mais malheureusement très peu connu. je suis d’accord avec toi sur l’idée d’une grève générale des graphistes et autres créateurs graphiques en tout genre, imagine toi te promener dans la rue et ne plus voir de publicité, de prospectus, plus de nouvelles carte de visite, de nouveaux logos… les entreprises perdraient énormément d’argent si on ne créer plus leurs publicités.

    • Kaes dit :

      Les syndicats sont, pour une grande part, les chambres de décompression du gouvernement. Et pour côtoyer et faire parti des milieux militants et alternatifs, je peux t’assurer que plus d’un syndicat est à la botte de certains partis… voir même de l’État ! Pas forcément par le biais de l’argent, mais via des membres qui sont là parce que c’est le job qu’on leur a confier – de façon tacite – au sein de leurs parti, que d’influer sur les prises de positions des syndicats.
      En 2012 j’ai été président d’une association du milieu alternatif. Sans entré dans les détails, deux partis politiques d’extrême gauche ont tenté à deux reprises chacun de prendre la direction de notre association à sa formation, et de lui faire prendre des directions qui allait dans le sens des candidats à la présidentiel les représentants.

      Pour ma part, je connais peu le syndicats des designers, qu’on m’a fait découvrir suite à cet article, aussi je ne me permettrais pas de le critiquer. Je compte toutefois prendre contact avec eux prochainement pour discuter du sujet

  17. Anne-K dit :

    Un article en or, personnellement je travaille gratuitement pour mes copines et les forums dont je suis modératrice ou encore admin, pour le reste… Après avoir réaliser plus d’une création et mettre totalement fais jeter par la personne, j’ai arrêter et j’ai même pas pris la peine de lui envoyer le résultat final, vu que ça ne plaît pas. Alors bon pour du gratos, qu’il aille se faire gratter, non mais. Enfin voilà, un bon article que j’aime lire, merci. ;P

    • Gautier dit :

      vive les fotes d’Or taugraffe

    • Ca, malheureusement, il y en a souvent qui passent à l’as… On peut pas être bon en tout

    • Anne-K dit :

      Merci pour ton commentaire, il n’est pas forcément très bien vue, mais j’ai corrigé pour deux fautes de conjugaison, et non pas d’orthographes !

       » Un article en or, personnellement je travaille gratuitement pour mes copines et les forums dont je suis modératrice ou encore admin, pour le reste… Après avoir réalisé plus d’une création et mettre totalement fais jeter par la personne. J’ai arrêté, je n’ai même pas pris la peine de lui envoyer le résultat final, vu que ça ne plaît pas. Alors bon pour du gratos, qu’il aille se faire gratter, non mais. Enfin voilà, un bon article que j’aime lire, merci. ;P »

      Je ne sais pas si tu connais la dyslexique ? Et bien tu vois, moi je m’efforce de ne pas écrire en sms mais j’essaie tant bien que mal aussi d’éviter d’utiliser les correcteurs afin de mémoriser aussi, tu sais ça aide vois-tu. En breFf, si tu avais été un petit peu moins idiots, en lisant. Tu aurais compris que je l’étais. Il y a quand même une sacrée différence entre un langage sms et un langage de dyslexique.

      Mais bon, on ne peut pas être bon en tout ! ;P Enfin.

  18. Édouard dit :

    merci ton article est du miel

  19. Bacchus dit :

    Je suis vigneron et on me demande souvent du vin gratuitement sous pretexte qu’il sera bu par des tas de gens et que ça me fera de la pub. Elle est pas belle la vie ?

  20. Alias dit :

    Tellement vrai tout ce que tu viens d’énoncer. Et finalement très triste…
    Ma petite anecdote pour renforcer ton article : récemment une nana m’a demandé subtilement de lui faire une bannière gratuite en échange d’un article, j’ai répondu non, que je suis professionnelle et déclarée, que ce genre de création est une prestation et que cela a donc un coût. Après ça, elle m’a demandé mes tarifs et est venue ensuite la réponse qui flingue : « Merci de m’avoir indiqué les tarifs ! Finalement, j’ai réussi à trouver une jeune fille qui va me le faire en échange d’un article sur mon blog. Puisque ce n’est pas son métier, elle a accepté de le faire gratuitement. »
    Parfait exemple non ?!!! Et c’est vrai que ça marche avec les illustrateurs aussi

    • Merci de ton témoignage. Malheureusement, ça marche avec énormément de métiers et dans énormément de situations… Je me suis exprimé en tant que graphiste, mais il est vrai que c’est facilement transposable

  21. J.C dit :

    Cher ami gribouilleur,

    je comprends et j’appuie totalement votre démarche. je ne suis ni gribouilleur, ni scribouillard mais cacophoniste. Je casse les oreilles de mes voisins avec du son (notez que je n’ai pas dit: « de la musique »).

    En cela, vous vous doutez, cher ami vectorisé et encré, que j’en ai aussi une pelletée des « fais moi l’son à l’oeil… » (encore que… une fois, je devrais les prendre au mot et effectivement faire le son juste avec mes yeux et, donc, sans mes esgourdes).

    Je me permet donc de vous proposer une réponse ou, du moins, la preuve que ce genre de personnage ne date pas d’hier. Vous vous en doutez, ami photo-chopeur de philistins modernes, elle sera sonore. On ne se refait pas.

    http://www.youtube.com/watch?v=mRa0higzII4

    Cette diatribe du seul maitre que je daigne me reconnaitre dans mon incommensurable orgueil (je suis un gros çon… sisi, avec la cédille) et elle a bientot 30 ans… Nul doute que vous pourrez l’envoyer en réponse à certains. Evidemment, il n’est pas garanti qu’ils comprennent, vu qu’il vaut mieux faire exprès de ne pas comprendre dans leur situation (comme vous le décrites si justement dans votre message) et même si c’est le cas, nous pouvons supposer de concert qu’ils n’en auront rien à foutre…

    En attendant, ca nous fait du bien parce que ca fait chier les cons (sans la cédille, nonon) et c’est pas bien pas mal, n’est il pas ?

    Krr.

  22. Aurélien dit :

    Remplacer graphiste par photographe, ça marche pareil, par contre sérigraphe et graveur, ça marche moins, on va pas se plaindre.
    Par contre cette petite phrase: entre le professionnel et l’artiste, m’a un petit peu titillé, l’artiste n’est pas un jeanfoutre, il se doit d’être professionnel.

  23. Stop dit :

    Moi j’aime bien travailler gratos pour des potes ou quand l’économie de la structure commanderesse le justifie. Ça tue le marché ? Tant mieux, le marché tue le monde. Si tu vis pas de ta passion alors trouve un job et fais du graphisme pour autre chose que rembourser un prêt pour une école trop chère.

    • Bien heureusement pour moi, je n’ai pas de « prêt pour une école trop cher » sur le dos. Ca ne tue pas « le marché » mais casse notre crédibilité face à la demande. Rien à voir. Le marché, personnellement, je l’emmerde également. Mais au delà de vivre pour sa passion, il faut bien remplir son frigo et payer ses factures…;)

  24. Rougerune dit :

    Salut à tous,
    content de voir que de plus en plus de gens se mobilisent et s’expriment, notamment des étudiants !

    juste pour vous dire que le syndicat dont vous parlez existe : l’AFD
    http://www.alliance-francaise-des-designers.org/

    il regroupe d’autres métiers de design également pour être plus costaud dans les interventions

    tcho’

    • Oui, je me suis renseigné à leur sujet. Malheureusement, leur mission n’a pas de visibilité et l’impact reste minime faute de membre. Par ailleurs, je trouve un peu léger de prétendre à la défense de l’ensemble des métiers de la création tandis qu’il n’y a que 103 membre… Je suis justement dans l’attente de plus d’infos à leur sujet de la part de certains confrères.

    • Rougerune dit :

      tes infos ne sont pas à jour : 1700 membres (http://www.alliance-francaise-des-designers.org/membres-et-donateurs.html) et question visibilité ils sont déjà largement écouté par les intervenants institutionnels et professionnels, car il y a eu regroupement de plus anciennes structures.

      il y a beaucoup d’outils mis à dispo pour bien comprendre les enjeux, droits d’auteur, situation des pseudo-concours etc
      les plus complets sont pour les membres mais pas seulement !

    • Autant pour moi, c’est qu’ils affichent 105 membres actifs sur leur page d’accueil. Je vais creuser d’avantage, merci

  25. Habixbel dit :

    @Stop on ne vit pas de passion et d’eau fraîche; quand j’apprend que le logo du Pôle emploi a coûté 500.000 euros http://www.20minutes.fr/france/309591-logo-pole-emploi-coute-500000-euros
    pour un « E » dans un rond, je ne comprend pas comment des graphistes acceptent de travailler pour 0 euro.

    PS: Super article!

  26. Mahiedine dit :

    Superbe remarque et tènement vrai. Mes années d’études a me tuer les yeux sur les ordis pour bradé mon travaille 3 francs 6 sous a ce tarif je me fou une jupe et des chaussettes pour faire des seins et je vais faire des passes au bois.
    Je ne parle même pas de la polyvalence que j’ai du acquérir pour pouvoir bossé en intérim alors qu’avant chacun bossait dans ça spécialité. Mais même ça on n’en tient même pas compte.

  27. etageneuf dit :

    Bien vu … C’est effectivement devenu un lot commun. Pour ma part, je ne réponds même pas …

    Une exception néanmoins dans le domaine caritatif, pour de petites associations qui font un travail formidable … Pour ma part, je n’accepte de leur livrer quelques menus travaux quand eux-mêmes sont bénévoles et que l’objet de l’asso me parle, quand il y a un vrai projet, une vraie utilité, à mettre en forme. Ce ne sont donc pas par contre des process d’identité, c’est plus de la signature que du logotype, du tract que de l’édition.

    J’interviens par exemple pour des établissements du secteur sanitaire et social … C’est budgeté au prix du marché pour les entreprises du secteur, mais il se peut que des associations de patients bénéficient d’ interventions gracieuses …

    Juriste et financier pour partie de ma formation, je vais par contre jusqu’à monter des business plans et à mettre en oeuvre des budgets que je recherche lorsque les travaux sont plus conséquents, et que le budget primaire est absent. Il se peut aussi de brancher mes étudiants sur ces menus projets … lorsqu’ils le souhaitent, et qu’il sont mis au fait des conditions exacts de ces process. Les budgets crées servent alors à financer leur book, du matos pour la formation par exemple … Mais c’est l’organisme de formation qui gère la facturation …

    Ce faisant, il est inacceptable que des entreprises ou des administrations ne se servent de graphistes pour améliorer leur images, et donc, générer du CA sur notre dos … C’est très clair.

  28. BénO dit :

    Il me semble avoir lu le meme article il y a 10 ans déja… Et que la situation n’a (visiblement) pas évolué pour tout le monde. Heureusement, au bout d’un certain temps on tombe toujours sur des gens interessé et respectueux du travail que vous leur fournissez; cela sont des clients valable (et il y en a). Reste effectivement a fournir un travail a la hauteur du professionnalisme dont certain se prévalent.
    Je redoute le moment ou viendra l’époque du syndicat et du corporatisme dans ce milieu, cela équivaudrai a un dictat des raleurs et des frustrés, dans un secteur professionnel ou la multiplicité des parcours et des sensibilités fait que chaque personne ne peut etre categorisé.ni forcé a adopter telle ou telle pratiques ou attitudes.
    L’essence meme de ce corps de metier et l’interet et la passion que ses membres mettent dans leur travail, si ces motivations sont dépassées par l’appat du gain et la reconnaisssance illusoire, alors a ce stade nous ne seront plus qu’une « industrie » de la création ayant perdu sa diversité et sa richesse.
    Allez c’est pas si grave que ca ,faut voir la vie en CMJN un peu !!
    :p

  29. PO dit :

    Et voila une petite vidéo qui illustre tous à fait ce propos. Excellent article.
    http://www.youtube.com/watch?v=gemQQ0-RSyQ

  30. YOUGY dit :

    Cet article m’a bien fait rire et il doit refléter une réalité que je ne connais pas mais qui doit être effectivement parfois un peu lourde.

    Pour quand même contrebalancer ton propos par la comparaison, le graphiste n’est pas un cas isolé et, dans un certain sens, il peut même être considéré comme relativement épargné par rapport aux autres. En effet, il ne sera jamais demandé à un graphiste d’élaborer un logo à la volée sur son ordinateur lors d’une soirée.

    En revanche, à chaque diner, c’est la même rengaine pour les médecins, les avocats (comme moi) ou les informaticiens : On a tous (ou un proche venu chialer la veille) un problème de santé, de droit ou d’informatique.

    Et ça commence… « Ah vous êtes avocat ! Justement j’ai un problème avec mon chauffe-eau qui m’a été livré et qui ne fonctionne pas et mon propriétaire ne veut pas le changer »… oui, je m’en fous, l’eau froide ça raffermit !
     » Mon boss veut que je travaille la nuit au bureau et m’impose de porter des mini jupes »… oui, je m’en fous mais parle moi donc de tes mini-jupes ça m’intéresse.
    « Mon voisin écoute Mariah Carey à fond tous les dimanches matins, je peux porter plainte ? » Bien sur, l’infraction d’écoutage dominical de Mariah, c’est 30 ans ferme incompressible !

    Bref, on finit toujours par la même phrase :
    Pour les médecins : « déshabillez vous ici, je vais vous ausculter »
    Pour les avocats : « Vous savez, je ne peux pas donner d’avis sans voir l’ensemble des pièces du dossier, venez donc me consulter au cabinet demain »
    Pour les informaticiens : « Zavez qu’à passer chez mac »

    Puis viens le temps de la consultation au cabinet et le moment délicat où le client dit « oui, mais ça je l’avais vu sur internet ! je vais quand même pas payer une information gratuite ! »… Alors écoute ma poule, comment te dire, d’une c’est un très mauvais choix de se mettre en litige avec un avocat, c’est comme débattre avec ton garagiste du point de savoir si culasse-qu’à-pété-qu’il-a-fallu-la-remplacer-parce-que-c’est-moins-cher-que-de-la-réparer est vraiment pétée, de deux, si l’information était sur internet, pourquoi es tu venu me consulter ? De trois, la différence entre toi et moi, c’est que ce que tu lis sur internet, tu le gobes, moi je le trie. Enfin, ce n’est pas parce que tu consultes un avocat que je vais inventer des solutions pour te faire plaisir, il peut arriver – Ô miracle – que je sois d’accord avec ce qui est écrit sur la toile.

    Mais c’est quoi ce trip avec la gratuité ?

  31. Oh mon dieu quel pied !! Que c’est bon de lire tout cela… de retrouver les coups de gueule que je peux également pousser de temps en temps face à l’attitude de CERTAINS prospects, leurs attentes et/ou demandes (http://dj-du-sud.overblog.com/elle-est-pas-chere-mon-animation) !!!

    Quand vont-ils comprendre que notre prestation ne se limite pas en effet au logo (dans ton cas) ou à la soirée (dans mon cas) ? Que nous bossons des heures entières avant…

    Les logiciels de mise en page ou de dessin ne se trouvent pas dans des pochettes surprises à la boulangerie du coin, tout comme le matos pour animer une soirée !
    Le total des heures de travail comptabilisées + le temps passé avec le client en amont + l’amortissement des achats + la rémunération du travail… moins la TVA, moins les charges… etc… il faut bien qu’il nous reste quelque chose non ?!!

    Alors c’est sûr, ils arriveront toujours à trouver un « professionnel » prêt à se brader, que dis-je à se prostituer… comme ces DJs du dimanche (vous savez, ceux qui font ça au black, en plus de leur boulot, pour se faire de l’argent de poche) prêts à animer un mariage de 17h à 5-6h du matin pour 150€ !

    Comme je dis souvent : il faut savoir si l’on désire acheter un parfum dans un hard-discount ou bien chez un parfumeur !!

  32. kitsune dit :

    Attention, il y a une autre méthode pour faire faire le travail gratuitement : les entretiens d’embauche
    La méthode consiste a faire travailler tous les graphistes qui postulent sur le même projet pendant 3-4h en prétextant un « test sous pression » et à réutiliser la travail !

    Ca donne du travail gratuit et impossible de prouver qu’on a mis les mains dessus !

    • Je ne connaissais pas cette méthode car on ne m’a pas encore fait ce coup, merci pour ta précision !

    • Kitsune dit :

      Pour rentrer un peu plus dans le détail, je vais raconter ce qui m’est arrivé.
      Je me suis présentée à 14h dans une imprimerie pour une entretien d’embauche pour une place d’Infographiste.
      Après un entretien bidon d’une 10aine de minute, me voici catapultée devant un menu de restaurant, sur lequel je dois effectuer des traductions français > anglais et des corrections orthographiques (je n’aurai d’ailleurs, pas eu le poste, parceque je ne connaissais pas la variété de salade « mesclun » et n’aurai donc pas fait la correction sur le menu…). Je devais également y apporter quelques retouches graphiques.
      Je fais les corrections, mais prends soin de mémoriser le nom du restaurant.
      Je passe ensuite sur un autre poste, où là on me demande de compléter une affiche sur le thème de la plage. Je commence donc à avoir de sérieux doutes sur l’entretien et ralentis mon travail au maximum.
      La bonne femme me fera alors ensuite passer sur un troisième poste pour faire une carte de visite.
      Il est 18h, mon fiancé me harcèle au téléphone (que je sens vibrer dans ma poche) sûrement anxieux de ne pas m’avoir vu rentrer au bout de 4h et de ne pas avoir de mes nouvelles après 4 appels en absence ! (l’entretien avait lieu à 20-30min de mon domicile)
      Aussi, lorsque la personne m’a proposé de continuer d’autres test j’ai décliné. Elle a insisté fortement, j’ai re-décliné fortement.

      J’étais jeune, avec peu d’expérience, un énorme besoin de boulot (par d’aides financières) j’ai donc voulu, naïve que j’étais, me donner à fond pour l’entretien.
      Deux semaines après, sans nouvelles, j’envoie un mail pour obtenir une réponse négative dans la foulée.

      Je suis allée manger dans le fameux restaurant… la carte m’a vaguement rappelé mon travail… enfin surtout les retouches graphiques…
      graphiste à l’oeil pour 4h, et aucune preuve que j’ai contribué à tout ça…

    • C’est honteux, y’a pas d’autres mots. Si c’est un fait récent, je t’invite à en informer l’inspection du travail et les fraudes. Ca ne te rapportera rien à toi personnellement, mais ils auront l’imprimerie en question dans le collimateur et ça empêchera peut-être que ça se reproduise.

      Autrement, un pote m’a donné une idée après avoir lu mon article : installer des écriteaux « cette entreprise ne reconnait pas le coût de la création », prendre une photo et ensuite envoyer ça aux agences de presses en signant « collectif tout travail mérite salaire ». A creuser

    • Kitsune dit :

      En fait cela date de quelques années maintenant.
      Une suite de mauvaises expériences dans la région m’ont forcées à la reconversion dans la hotline de support informatique.
      Je cotoie toujours autant de gens cons, mais au moins je suis payée pour…

  33. fabrice dit :

    100% d’accord avec ton article, 15 ans de métier et des salopards pourris profiteurs j’en ai vu un bon paquet, dans ton article tu oubli les plateformes de crowdsourcing, si si cet endroit magique ou tu bosse sur un logo avec 200 autres pékin et le client choisi le logo qui lui plaît, une vrai aubaine, d’ailleurs le site codeur.com à créer une plateforme du nom de graphiste.com

    Tu a oublié aussi « faite moi un bon prix pour ce premier travail et pleins d’autres suivront » technique de la carotte que le client va te mettre ou je pense….

    l’exploitation de l’homme par l’homme à encore de beaux jours devant lui.

  34. Offre opportunités médiatiques (signature !) à « jeunes » photographes équipés en numériques HD PRO, spécialistes techniques de Photoshop et ne se prenant pas pour le nombril du monde…
    Dans ma « tribu », ça on en a l’habitude depuis très longtemps ! Maintenant, c’est au tour de nos « confrères » auteurs et assimilés.
    Respects à tous…/…

  35. Stéphanie dit :

    Pour la partie « « En échange, je te ferai de la pub et tu pourras mettre ton nom sur les créations » » la parade est vite trouvée, puisque la loi Française est de notre côté. En bref, mettre notre nom sur nos créations est un droit, ce n’est en aucun cas un « cadeau » que le client nous fait, ça s’appelle le droit de paternité
    J’aurai ajouté dans la liste des pièges les appels d’offres avec maquettes gratuites. Un petit extrait d’un mail reçu semaine dernière:
    « Nous réceptionnerons les propositions jusqu’au xxxx et souhaiterions
    qu’elles incluent : propositions graphiques + devis + planning. ». Quand, très innocemment (ou pas), je demande si les maquettes sont rémunérées, voilà le genre de réponse « les propositions graphiques ne sont pas rémunérées pour cet appel d’offre mais ne sont pas obligatoires. Si vous souhaitez participer avec un devis et un planning nous prendrons en compte votre réponse. Sinon une maquette de home serait la bienvenue pour départager les retours des différents participants sur les mêmes critères. »
    En bref, la maquette gratuite n’est pas obligatoire, mais aide à départager sur les mêmes critères. Ça pue le piège à plein nez tout cas, et c’est encore du chantage « maquette gratuite ou on prend pas en compte ton devis ».

    • « Nous réceptionnerons les propositions jusqu’au xxxx et souhaiterions qu’elles incluent : propositions graphiques + devis + planning. »
      Je viens justement d’avoir un cas assez similaire ! Je réfléchis à la réponse à formuler

  36. HélèneM dit :

    Article très judiscieux, merci… Moi je parle en tant qu’illustratrice et j’ai le même problème… Des offres pour faire des couvertures de livre et on me dit : je mettrai le lien de votre site dans le livre… ouais… youpi… Leur livre ils l’offrent p-t ? Et ce n’est pas une couverture qui qqfois donnent l’envie d’acheter le livre ?
    Quant aux pseudos graphistes sans formation ou formés pdt 3 mois sur internet via des sites de formation plus que douteux, je préfère ne pas me prononcer, il y en a tellement qui se prennent pour les rois du graphe parce qu’ils savent juste aligner deux calques ou piquer les idées des autres…

  37. Nicolas Kempf dit :

    Pour ma part je suis conseiller en écriture. J’ai de temps en temps des propositions du type ci-dessous :
    « On co écrit ce livre, c’est à dire, vous le réécrivez, en suivant les idées, et en améliorant les descriptions des personnages et des paysages par exemple.
    Ensuite, on l’envoie à des maisons d’éditions, j’ai une liste qui publie de nouveaux auteurs, et on se partage 50/ 50 ou autrement si vous le souhaitez.
    Vous avez juste besoin de le réécrire pour en faire un best seller mondial comme Harry Poter.
    Car tous les gens, à qui j’ai fait lire ce livre, meme les gens qui ne m’aiment pas,l’ont adoré. »

    Puis, comme j’ai décliné cette offre juteuse… :
    « Je vais etre publié a compte d’éditeur par une grande maison d’édition et distribué dans toute la France.
    Vous avez raté quelque chose.
    Tant pis pour vous.
    Des que j’aurai un grand succès en librairie, cela prouvera que vous ne connaissez rien à l’édition, et que vous n’avez aucun gout. »

    Bien sûr, pas moyen de connaître le nom de cet éditeur mirifique, et les termes du contrat « à compte d’éditeur ».

    Eh bien cela ne m’empêche même pas de dormir…

  38. blond dit :

    http://salut-l-artiste.tumblr.com/

    si vous ne connaissez pas ce Tumblr, allez voir. Si on vous fait des propositions indécentes, outez-les et faites le savoir! Soyons solidaires.

  39. Vicky dit :

    Je trouve cet article assez juste. De ce côté-ci de l’atlantique (Québec), j’ai souvent vu des demandes de «graphiste bénévole demandé» sur les babillards de l’université (et par des entreprises qui avaient le $$ de payer) …. et même que des enseignants (en dernière année) s’en servaient et les intégraient dans leur plans de cours. À première vue, ça peut sembler une bonne idée. C’est vrai après tout, les graphistes ne sont pas encore des professionnels!
    Mais pour être resté en contact avec la majorité des étudiants, aucun n’a retravaillé avec ceux qui prétendaient nous donner une première chance et éventuellement d’autres contrats une fois sur le marché du travail.

    Je suis d’accord avec Joëlle aussi, beaucoup s’improvise graphiste et ne le sont pas. Prendre un template de logo sur le web, changer le nom du commerce et lui donner une couleur à la mode, ne fait pas d’eux des graphistes. Ça nuit beaucoup à la compréhension du vrai métier et quand «MonOncle-Roger» le fait en 1h dans son sous-sol difficile ensuite de justifier le temps qu’on peut passer sur un projet (réflexion-recherche-esquisses).

  40. Amélie dit :

    Moi, je trouve cet article très agressif !

    Que le travail d’un graphiste ou d’un développeur demande de la créativité, du temps, des connaissances et qualifications spécialisées, je le comprends.

    Que vous envoyez se faire foutre des petites asbl avec peu de moyens ou des fans de Johnny travaillant bénévolement sur un site web dédié à leur idole, c’est autre chose.

    Pourquoi n’aurait-on pas le droit de demander un petit coup de main ? Pourquoi quelqu’un ayant des connaissances spécifiques n’accorderait pas une heure de son temps pour aider les autres ?

    Que vous refusiez de vous faire avoir d’accord, mais au pire, ne répondez juste pas à ces pseudo offres d’emploi !

    Je donne plusieurs heures de mon temps chaque semaine à ceux qui en ont besoin, qui démarrent une asbl pour aider les sans-abris par exemple, parce que je m’y connais en relations publiques et que ça peut les aider à se faire connaître.

    Je trouve votre manière d’insulter les autres tout à fait déplacée ! C’est bien beau un graphiste qui demande 350€ la journée à une asbl qui ne génère même pas ça en un mois !

    Je vous souhaite bonne chance pour trouver des personnes qui accepteront de bosser avec un caractère de cochon pareil ! M’enfin, vous vous en foutez, vous avez un book …

    • Kaes dit :

      Amélie, as-tu lu la fin de mon article ?

      « Pour ma part, les jobs gratuits que j’accepte sont à but associatifs et citoyens uniquement. Si vous vous sentez attiré par un projet particulier, souhaitez aider un ami, ou qu’une réelle opportunité s’offre à vous et réclame un sacrifice de temps au début, foncez ! Mais n’accepter pas du travail d’un parfait inconnu sans aucune garantie derrière. »

      Donc, oui ! Donne de ton temps à ceux qui en ont besoin !! Moi-même, j’accorde chaque semaines quelques heures de mon temps (pas forcément en graphisme, mais parfois c’est le cas) à des causes que j’estime citoyennes et justes. Je dis simplement ici de ne pas se laisser tenter par le fait de chercher à faire ses preuves en dévalorisant son travail. Il m’arrive aussi d’accepter des boulots à pas cher (dans la limite du raisonnable), car oui : il faut bien remplir le frigo. Il m’est même arrivé (car ça en valait le coup et aidait une amie en même temps) de faire du troc une fois ! Et très franchement, les assos sont bien les dernières que j’envoie balader (voir plus bas de ce commentaire). je suis moi-même membre d’une asso reconnue d’utilité publique avec peu de moyens (JCE) et dans laquelle je donne bénévolement énormément de temps.

      Mais il ne faut pas jouer le jeu des profiteurs, et ne pas hésiter à les envoyer balader afin qu’il comprenne que la création à un coût. Car tant que des personnes accepteront d’être sous-payer pour une prestation, alors des gens continueront à faire des demandes de presta insultantes, et des graphistes continueront à tirer la tronche parce qu’ils n’arrivent pas à trouver suffisamment de boulots rentables.

      Quand à mon « sale caractère » : un petit tour sur l’autre partie de mon site ici : http://www.aetherconcept.fr/wordpress/une-commande-un-don/ et là http://www.aetherconcept.fr/ethique/ te démontreront qu’il n’est pas si sale que ça

  41. Anne-Laure dit :

    Bonsoir
    Votre article est en effet plein de bon sens !
    En revanche, actuellement créatrice d’un commerce, j’avoue avoir besoin d’un graphiste pour ma charte et mon logo mais ne pas pouvoir régler les 5000€ demandés par les agences contactées.
    Si mon modeste projet, à savoir une epicerie fine, est susceptible d’intéresser quelqu’un rémunéré bien entendu, ce sera avec plaisir que je prendrai contact !
    Merci à vous

    • Sarah D. dit :

      Je vous incite à vous tourner vers des freelances plutôt que des agences. Une agence vous proposera forcément un devis plus élevée, et n’est pas forcément adaptée à un projet modeste.

  42. Christophe dit :

    Article valable aussi en ce qui concerne le métier de Disc-Jockey.

  43. Claire dit :

    Je crois que plusieurs professions sont sous-estimées. Je suis traductrice, et le même problème se pose : trop de traducteurs acceptent des contrats à des tarifs ridicules (bien loin du salaire minimum!).

  44. A part dans le cadre de l’associatif, la plupart des structures qui « veulent du gratuit » finiront tôt ou tard par se retrouver avec de très mauvaises performances, surtout sur le web où il veut se donner les moyens pour se distinguer de la masse énorme des adeptes du « facile et gratuit » à tous les coins d’écran …

  45. Vicky dit :

    …et j’aime beaucoup l’image de l’Iceberg. Mais pour l’ensemble des mandats en graphisme. Pas seulement la réalisation d’un logo.

  46. Hello Sébastien,

    Tout d’abord, bravo pour cet article. Ensuite, je ne suis pas graphiste, mais blogueur, journaliste et formateur. Oui, je sais, ça fait beaucoup, mais on ne se refait pas !

    Les blogueurs sont aussi perçus comme de joyeux drilles taillables et corvéables à merci. Les journaux s’imaginent que c’est normal de te faire bosser pour pas un rond et ensuite de revendre ta prose bien cher aux abonnés.

    Dernièrement, j’ai eu une Nième proposition de travail. Quand j’ai demandé combien, on m’a répondu, « mais, gratuitement ! » Bien sûr, ça va de soi. J’ai eu exactement la même réaction que toi : « va te faire foutre ! Gratuitement, bien entendu  »

    Bon week-end,

    Marco.

    • Kaes dit :

      Merci de ton commentaire Marco ! Pour faire écho à ta réponse, je découvre justement, non pas sans fierté, que le « va te faire foutre » accompagné du lien de cet article devient une réponse courante aux demande de job gratuit sur le web

  47. Kitsune dit :

    Un petit billet pour faire découvrir ce site sur lequel je viens de tomber : http://www.faismonboulot.com/

    Autant dire que j’ai cru à une blague… mais non…

  48. mike dit :

    AHAH faismonboulot…vu cette semaine.
    c’est du raclage de bidet, on atteint les bas fonds (voire plus).
    c’est puant ! Bref le business avant tout .
    cela dit je doute que ce modèle, même avec la crise puisse exister longtemps. Il y aura tjs ce genre d’initiative mais ça doit rapidement péricliter.
    C’est juste pr les clients type « margoulin »…en esperant que les graphistes jeunes ou debutants (ou les plus vieux) ne s’inscrivent juste pas là-bas. Enfin pour la com…car les autres secteurs sont touchés aussi par ce site.
    Toutes les phrases sur leur site donnent des envies de buchers…

  49. Ludovic dit :

    Ca résume assez bien la situation. Des ras le bol de graphistes j’en vois de plus en plus et je suis assez positif a ce sujet. On est dans la communication les enfants, notre metier n’est pas seulement de creer de l’image, mais aussi de communiquer, c’est pour cette raison que je pense qu’on va pas se laisser avoir par le crowdsourcing, les appels d’offre bidons et Cie.

    Bref personellement il est possible de dire non à un client ou de lui faire comprendre que tout ne marche pas comme il le souhaite. Ce qui est plus
    compliqué c’est de faire prendre consciences aux pseudo graphistes qu’ils ne doivent pas interferer.
    Si il y a 10 graphistes qui râlent contre 100 gus qui font le boulot gratos, ca va pas changer grand chose de gueuler. Et pour le client qui a pas le porte monnaie facile le choix est vite fait (Même si le resultat sera minable et qu’il faudra de toute façon réparer le travail foiré un jour)

    Bref, j’essaie de mon coté de sensiliser les gens sans les heurter dans leurs égo qu’il ne doivent pas se coller un statut qu’ils n’ont pas, et qu’il ne doivent pas étouffer le marché du travail mais c’est pas facile.
    parce que chez les graphistes aussi le fait que le metier soit a mi chemin entre artiste et professionel porte à confusion.
    Seulement voila quand je dis aux gens qu’ils ne sont pas graphistes, Ils prennent la mouche et s’en suit les commentaires classiques du genre « au fond tout le monde fais ce qu’il veut » ou « n’importe qui est artiste à sa façon »
    Ca fais pas plaisir à entendre mais tant que les choses ne seront pas clarifié de ce coté nous ne pourront pas avancer.

    Peut importe le point de vue du client sur les prix qu’on propose tant qu’il s’agit de devis de graphistes qui connaissent leurs metier (et qui ont besoin de vivre)

    Comme il est bien éxpliqué par l’iceberg, si le client ne vois que le travail de surface comment pouvons nous lui montrer le travail de fond? Parfois il ne fait même pas la difference entre le travail de professionel et amateur. Si le client ne la fais pas, nous la faisons et c’est pour ca que le travail non rémunéré doit être combattu.

  50. Jeff dit :

    Punaise ! Le même article, moins vulgaire, et publié il y a 6 ans :

    http://www.mariejulien.com/?post%2F2007%2F08%2F22%2FTop-10-des-bobards-racontes-aux-infographistes-naifs

    La classe.

    • Kaes dit :

      J’ai pris connaissance de cet article après avoir écris le mien, au travers du blog de Rod-Leg : http://rodleg.wordpress.com/2013/05/09/du-plagiat-en-veux-tu-en-voila/.

      Voici la réponse que je lui ai faite, et que je te redis, à la supposition de plagiat :
      « Si je ne mentionne pas l’article de Marie///Julien, c’est tout simplement parce que je n’en avais pas connaissance ! J’ai exprimé ce que j’avais dans le fond des tripes sans pour autant chercher à plagier qui que ce soit. D’ailleurs, j’ai déjà « dépoussiéré » des articles de tiers par le passé, toujours en citant l’original.
      Plutôt qu’un plagiat, il faut voir ici une connivence des idées, car de toute évidence, le fait d’avoir écrit un article avec une verve similaire à celle de confrères montre que l’avis est partagé. »

      Merci d’éviter tout jugement hâtif
      Merci également de ne pas confondre la vulgarité (la TV et les médias s’en chargent très bien) avec la grossierté (que j’assume pleinement, au risque de choquer quelques chastes mentalités).

  51. Flo dit :

    Les bénévoles ne sont pas nos concurrents.
    Aimons-les, respectons-les pour ce qu’ils sont : des personnes sensibles, différentes.

    • Kaes dit :

      J’ai rien contre les bénévoles, et je le dis, je fais moi-même du bénévolat (dans des contextes bien spécifiques).
      Mais le problème ne vient pas d’eux, mais de ceux qui nous prennent pour des bénévoles ! Combien de professionnels m’ont contacté avec l’une des excuses invoquées dans l’article pour avoir un travail pro mais gratuit… C’est à eux que le message s’adresse

  52. Olivier dit :

    Bonjour,

    je pense que travailler sur un projet comme bénévole peut dans certains cas s’averer plus rentable que d’accepter un cachet : je travaille comme benevole sur un projet nommé pentaicosagone, c’est un jeu voue tres certainement à un beau succes. Que se passera t il si le projet se vend bien? on aura besoin d’un graphiste a temps plein et qui aura le role? celui qui nous aura donné un coup de main. Bien sure je ne parle pas des projet « merci de ton coup de main et salut »

    Notez qu’on travaille dans un milieu ou la motivation passe avant la remuneration, comme dans le cinema d’ou je viens, on obtient les meilleurs places en commencant par faire des sacrifices. Je ne dis pas non plus qu’il faut dire oui a tout, mais ne soyez pas si absolu.

    Merci

    • Anon dit :

      Je te souhaites sincèrement et de tout mon coeur une belle réussite.
      Toutefois, merci de revenir ici confirmer ou non ton avis actuel une fois que ton projet sera terminé, ou au contraire quand il aura coulé et/ou que le fondateur se sera barré avec tes créations (ce que j’estime a 95% de proba)

  53. Nelly dit :

    Cher ami,

    Je vous soutiens dans votre coup de gueule.

    Si ça peut vous rassurer, je suis bac +5 en droit en j’enchaîne stage sur stage (certains étant moins de 2 mois et non rémunérés) et je n’ai toujours pas de boulot en vue. Je pense me reconvertir dans l’élevage de lamas. J’en ai marre de me faire entuber.

    J’ai envie de dire aux employeurs qui ont le toupet de me proposer des stages gratuits ou payer 436 euros que  » désolé j’ai pas fait bac +5 pour finir exploitée ». Sans compter tous mes « amis » à qui je rend service parce que je suis « sympa », que je la seule à pouvoir les aider… Bref, tout le monde m’entube, et à la différence d’une pute, personne ne me paye.

    Courage

    • Kaes dit :

      Merci de votre témoignage, je vous souhaites également bon courage et bonne chance !

  54. bazum dit :

    hello,
    sympa ton article, j’aime bien la tonalité. En plus sur le fond je suis tout à fait d’accord étant dans ma vie pro spécialiste du multimédia que le métier de graphiste est un VRAI métier avec de VRAIES compétences requérant de VRAIES formations, voire même un certain investissement logiciel et matériel.

    Maintenant, j’aimerais bien avoir ton avis sur le cas de figure suivant (qui m’a mené à ce billet).
    Dans mon métier, je fais du web et je suis payé pour. Mais à mes heures perdues, je fais aussi du web. En l’occurrence en ce moment je travaille sur un moteur/éditeur de jeux point’n’clic par site web (jeu d’enquête, escape game…) que je fais donc par intérêt personnel en terme technique et créatif. J’ai du temps à y investir (ça fait même 4 ans que je le peaufine), mais aucun ronds à titre personnel. J’ai déjà eu la chance immense de motiver un graphiste pro, intéressé aussi par le sujet, et qui m’a fait les visuels d’un premier jeu, je le bénis sur 12 générations.
    Idem pour mon précédent jeu qui avait bénéficié de supers graphismes et qui est resté bénévole et gratuit du début à la fin.

    Maintenant ne pouvant le solliciter plus que ça, et voulant me lancer dans un second jeu, je cherche « graphiste bénévole » sur google et tombe sur ton blog.
    Mon impression (peut être fausse) aujourd’hui est qu’on trouve énormément de devs bénévoles et motivés (la plupart n’allant pas hélas au bout de leur projet) . En d’autres termes pour 100 résultats « dev cherche graphiste », tu auras un seul « graphiste cherche dev » !

    Ma question est donc la suivante : faut il définitivement renoncer l’espoir de se faire se rencontrer 2 bénévoles passionnés et motivés par un projet commun, ou est ce que cette voie est encore possible ? la seule envie et satisfaction finale d’avoir réalisé quelque chose de bout en bout existerait-t-elle donc moins chez les gens du trait que chez les gens du code ?
    Si au contraire c’est encore possible de faire de telles rencontres, par quels moyens (sites communautaires ?) ? et suivant quelle approche ?

    Je vois bien que le graphiste bénévole (et fiable) est une denrée très rare, et que votre métier surtout pour les jeunes est fait de beaucoup de galères et petits boulots (en espérant ne pas caricaturer je me base sur ceux que je connais) . Mais n’oublions pas qu’une grosse partie de la création, et même de l’innovation, part d’initiatives personnelles et bénévoles. Pour autant ces initiatives ne sont pas forcément désintéressées à moyen terme. A chacun de voir si c’est un objectif initial quand il investit son temps, auquel cas c’est un risque à courir, ou pas, auquel cas une éventuelle rentabilisation des efforts ne sera que du bonus.

    Bref j’aime à croire que je pourrai quand même trouver un partenaire bénévole dans mes projets, sans avoir l’impression de le traiter comme de la merde pour autant !

    Z

    • Kaes dit :

      Tout d’abord, merci de ton commentaire. Pour répondre à ta question : Oui, c’est possible.

      Tes impressions sont bonnes je pense, et si les graphistes cherchent rarement un dev, c’est tout simplement parce qu’ils n’osent pas demander ce qu’eux-mêmes ont tendance à refuser : du bénévolat. Maintenant, comme je le dis dans mon article, si on sent qu’un projet nous parle, en vaut la peine et mérite d’être suivis, il faut foncer !
      Pour ma part, je continue à m’engager bénévolement, et la partie « pro » de mon site en témoigne avec l’onglet « Ethique », ou encore mon investissement au sein de mouvements et associations citoyennes.

      Pour ce qui est de la satisfaction finale d’avoir réalisé quelque chose de bout en bout, je suis incapable de te répondre. Pour reprendre mon propre exemple, alors que j’ai des tas de projets (tout petits ou très gros) en tête, oui, je partage cette valeur avec toi. Est-ce que c’est le cas de l’ensemble de mes confrères ? Je le pense, ou tout du moins, je l’espère très sincèrement.
      De même, tu prêches un convaincu au sujet du plaisir à développer un projet bénévolement ou encore sur l’aspect innovant de la démarche. Mon article concernent principalement les boîtes privées abusant des graphistes en utilisant un bâton et en le faisant passer pour une carotte…

      Pour ton projet, je pense que de jeunes graphistes talentueux, à l’école ou sortant d’école, pourront d’avantage t’aider. Et afin que personne ne se sente lésé en cours de projet, il faut fixer les règles et les limites dès le début dans lequel chacun expose clairement les engagements auxquels il se tiendra. Pas de malentendu de cette façon.

      Je crains n’avoir pas d’avantage de réponse à t’apporter mais j’espère très sincèrement que tu trouveras ce que tu cherches !

    • bazum dit :

      ok et à ta connaissance il n’existe pas de plateforme de mise en relation graphiste-devs autour de projets bénévoles ?

    • Kaes dit :

      S’il en existe une, je ne la connais pas…

  55. Spout dit :

    Grosso modo, tu remplaces le graphiste par développeur web, ça marche aussi.
    Juste que la part visible de l’iceberg se résume à un petit caillou en surface et comblerai facilement la faille des Mariannes
    On a le même genre de demandes à la con et je rejoins ton point de vue dans sa totalité

  56. bigorneau76 dit :

    Je développe un petit jeu sympa et gratuit… Je recherche un volontaire qui aimerai faire ce que je n’aime pas spécialement, un thème/graphique. Vite fait car le jeu est fonctionnel, sympas, mais aucun graphiques. Ce n’est pas mon truc.

    Et là je tombe sur ce post me faisant penser que je suis un esclavagiste…

    Mais finalement, non, je vais trouver quelqu’un qui aime faire ce dont j’ai besoin pour la gloire.

    En fait j’aurais les moyen, je ne paierai même pas, vue que la partie fonctionnel de mon jeu, je l’ai fait par passe temps et je suis sur de trouver quelqu’un qui bossera sans aucune contrainte sans débourser un sou. Peut être en quelques minute avec photoshop?

    Juste pour vous dire messieurs et mesdames les esclaves de votre métiers, sa à l’air de vous faire tellement chier que vous devriez en changer.

    Si vous êtes à ce point con pour travailler gratuitement contre votre volonté alors que vous pouvez à tous moment dire « NON » ce que tous le monde comprendra évidement, c’est vraiment que votre vie est galère.

    Dites-vous bien qu’au Louvre il n’y aurai que peut d’œuvre aujourd’hui si les auteurs de ces œuvre ne les avaient pas réalisé sans être rémunéré le prix qu’elles valent aujourd’hui. Le Louvre ressemblerai alors à mon frigo avec les dessin de mes mômes collés dessus.

    Enfin voila, je pense bien abusé un petit jeune qui veut se faire la main et de la pub, en espérant qu’il ne tombe pas sur ce post avant d’avoir fini.

    • Je crois que tu n’as pas saisi le sens de mon propos. Dans ton cas, il ne s’agit en rien d’un projet pro mais bien d’un gratuit. Chercher un volontaire pour développer un projet non-lucratif n’a rien de mal, et je te souhaites de trouver de l’aide.

      Ici je parle de personnes qui cherchent à obtenir d’un professionnel un service PRO ET GRATUIT. Ne le trouvant pas, ils se rabattent sur ceux qui ont les crocs et sont en mal de boulot, non content d’être en mal d’argent, ce qui nous décrédibilise. C’est pourtant clair…

      Remplace le graphiste par un plombier, et j’ose espérer que tu saisiras toute l’ampleur du problème. On aurait pas idée de faire faire deux maisons à deux prometteurs immobilier et ne garder que celle qui nous plaît sans payer l’autre… Pourtant, c’est ce qu’on demande à un graphiste.
      Nous voulons juste la reconnaissance de notre profession, de notre savoir-faire en tant que tel, et le respect qui va avec. Serait-ce trop demander ? Ca ne nous empêche pas de pratiquer notre passion gratuitement… mais pour des projets nons-lucratifs qui nous plaisent, cela va de soit !

    • Sarah D. dit :

      À moins d’être un génie du graphisme également doté de la vitesse d’un joueur de tower defense japonais, personne ne réalise un design de site, jeu, affiche… « en quelques minutes sur Photoshop ».

      Quand à la comparaison avec le Louvre, elle ne tient pas : les tableaux qui y figurent ont été soit commandés et achetés à l’époque, soit faisaient partie de la galerie personnelle du peintre, et n’étaient donc pas initialement prévues pour la vente. En outre, excepté les dons de galleristes privés et le fait que certains tableaux appartiennent de fait à l’état selon eur histoire, n’allez pas croire que les musées acquièrent leurs tableaux gratuitement !

  57. Alisson dit :

    Je ne suis pas graphiste, mais bossant dans le web, je soutiens votre cause à 200% !

    Pas de solution miracle a apporter, mais je me suis toujours demandée ce qu’il se passerait si un petit groupe de graphistes (et pourquoi pas, à terme, un gros), se mettait à pourrir toutes les demandes de graphistes gratuits en envoyant du travail de merde réalisé en 2 secondes à chaque entreprise demandant du travail gratuit. Genre un flot de créas toutes plus immondes les unes que les autres! Peut-être que cela ferait évoluer le regard des entreprises envers la profession (en plus, ça serait drôle!)

  58. Dominique dit :

    Ah ben tiens, celui là aussi me plaît bien… Allé je partage, heup ! Merki

  59. lino lavi dit :

    Bonjour, je suis comédien et co-gérant d’un café théâtre à paris. je recherche un infographiste bénévole pour créer le visuel d’une pièce et d’un one man show. Si quelqu’un est susceptible de travailler dans ces conditions, il sera certainement amené à rencontrer d’autres artistes eux-même en demande de visuels… De plus une rémunération dans le temps est envisageable à partir des premières représentations. A vous de voir
    cdt
    LINO LAVI

    • Bonjour, et merci de votre commentaire.

      Serait-il possible de me rendre à votre café théâtre et obtenir entrées et consommations gratuitement ? Par ailleurs, je viendrai certainement avec d’autres personnes qui pourraient être intéressées par votre établissement. Si un établissement est succeptible de nous recevoir dans ces conditions, le fait de payer les entrées et les consommations est envisageable dans la durée, à partir des premières représentations et de la qualité du service.

      Maintenant, je vous laisse imaginer si tout le monde faisait comme moi… et donc comme vous…

      Bonne journée quand même !

    • Thomas Dufranne dit :

      Lino, je pense que vous n’avez pas lu l’article … Merci d’en prendre connaissance avant de proposer « une rémunération envisageable »

  60. Antik dit :

    Bonjour,

    Je viens de recevoir une demande (ou plutôt devrais-je dire un classique) sur la réalisation d’un flyer avec comme rémunération, le fameux  » on vous fera de la pub « . Dans cet article vous exposer le fait qu’il s’agit de toute façon d’un droit légal que le prestataire peut s’accorder. Quand vous écrivez  » légalement « , avez-vous un article de loi qui le stipule ?

    Merci pour votre réponse.

    • Bonsoir à vous,

      Tout document doit afficher les mentions légales. Selon l’article 3 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, on doit indiquer :
      – Raison sociale de l’entreprise
      – Numéro RCS (enregistrement au registre du commerce) précédé du code de la ville du dépôt
      – Une date d’édition, pour prouver l’antériorité en cas de procédure (mais je n’ai encore jamais vu ce point appliqué en dehors des livres)
      – Crédits d’images : ayant droits des images utilisées dans le document

      Enfin, selon l’article L 121-1 du Code de la Propriété Intellectuelle :
      « L’auteur jouit du droit au respect de son nom, de sa qualité et de son œuvre. Ce droit est attaché à sa personne. Il est perpétuel, inaliénable et imprescriptible. Il est transmissible à cause de mort aux héritiers de l’auteur. L’exercice peut être conféré à un tiers en vertu de dispositions testamentaires. »

      Ce qui signifie que toute œuvre originale doit obligatoirement être accompagnée du nom de l’auteur. Bien que la cession de ces droits est souvent demandée lors des appels d’offre, cela n’a en réalité aucune valeur juridique car aucun contrat ni autorisation ne sont valables.

      En espérant avoir répondu à votre question.
      Bien à vous,
      Sébastien

    • Antik dit :

      Un grand merci pour votre réponse, j’en prends bien note et n’hésiterais pas à mentionner les différents articles lorsque la situation l’imposera.

      Donner des exemples d’articles de loi aura plus de valeur qu’une simple mention  » légalement … etc « .

      Sur ce je renouvelle mes remerciements, aussi bien pour votre réponse que pour votre blog que je découvre avec plaisir.

      Cdt.

    • Pas de problèmes ! Merci pour votre commentaire et bonne continuation

  61. Yug dit :

    Franchement moi je réponds même pas, j’ai eu l’occasion de faire du gratuit mais pour des associations que je connais et qui n’ont vraiment pas les moyens ni le budget pour.
    Sinon y-a aussi ces sites qu’on vois apparaitre de plus en plus sur le web du genre graphiste.com qui est complétement de l’escroquerie, autrement dis ; comment faire bosser les gens gratuitement.

    bon article, j’aime bien ton blog

  62. Chrome dit :

    Bonjour, votre article est très intéréssant ! Merci à vous de m’avoir renseigner sur ce sujet. Par contre j’ai une question ; Imaginons qu’une personne recherche un graphiste pour un logo. Les 2 personnes se contactent et acceptent le deal. 300€ le logo.

    Comment se déroule alors le paiement ? Est-ce que le graphiste doit demander un acompte ? Si oui de combien ? Si le graphiste y a travaillé 8heures et se dit que le travail est fini alors que le client n’est pas d’accord, est ce que le prix doit être rehaussé ? Si le client est malhonnête et que le logo correspond réellement au prix (300€) qu’elle doit être la réaction du graphiste ? Qu’elles sont ces possibilités pour tout de même être payé des 300€?

    Merci d’avance et bonne continuation

    • Bonjour, et merci de ton commentaire. Pour te répondre :
      Pour le paiement, il te faut un statu juridique. Celui-ci est différent d’un graphiste à l’autre : auto-entreprise, sarl, mda, portage, etc. Pour ma part, un acompte de 30 % est systématiquement demandé avec la signature du bon de commande, après validation du devis. Pas d’acompte, pas de boulot. Et je met un point d’honneur à respecter ces règles, en dehors des clients qui sont à l’origine de bons copains, amis, ou connaissances de longues dates à qui je peux faire confiance.
      Encore une fois, pour citer ma propre expérience, j’inclue un nombre de cycles de corrections dans mon devis. Jusque là, celui-ci n’a été dépassé qu’une fois, et pour le peu que ça représentait, je n’ai pas demandé de surplus. Une fois arrivé au nombre de de cycles convenu -1, je préviens le client que pour toutes corrections supplémentaire après la prochaine, cela entraînera un surcoût de xx € et continuerait à travailler uniquement s’il accepte cette modalité. Généralement cela suffit. Et si vraiment le client ne voulait pas, tant pis, pas de boulot (et ce que j’aurai fait pourra toujours resservir un autre jour). Mais l’acompte tient généralement le client à ses engagements et je n’ai pas eu de soucis.
      Les clients qui pourraient pauser problèmes sont souvent ceux qui aimeraient m’avoir à bosser sans signer de devis et sans acompte, ce je refuse. Ainsi, ces différents procédés me protège des clients éventuellement malhonnêtes.

      Enfin, pour compléter tout cela, je t’invite à lire ceci qui, j’en suis sûr, t’apprendra énormément :
      http://kitdesurvie.metiers-graphiques.fr/

    • Chrome dit :

      D’accord, merci beaucoup pour ta réponse !

  63. fred dit :

    En attendant, il n’y a pas le nom des photographes et graphistes des illustrations que vous avez « emprunté » gratuitement.

    • Kaes dit :

      Le web étant ce qu’il est, je le mets quand je le connais

    • fred dit :

      ‘fais ce que je dis, pas ce que je fais ».

    • Kaes dit :

      Pas exactement… Je reformule : il est difficile de connaître le nom d’un auteur sur la toile. Aussi, mes images d’illustrations, sauf quand elles sont empruntées à des films connus, sont créditées autant que possible.

      Également, la plupart de mes articles sont illustrés avec les images issues des sujets dont je parle (auteurs, artistes, vidéos, projets, etc.), et dont les auteurs sont systématiquement crédités à la fin de mes articles (noms + liens) puisqu’ils s’agit d’eux dont je parle.

      Sachant cela, je considère que j’ai rien à me reprocher.

    • fred dit :

      Ouh la mauvaise foi !
      Je prends par exemple la photo du pistolet ci-dessus (ça tombe bien, pour quelqu’un comme vous qui se tire une balle dans le pied). Elle est la propriété d’un photographe, qui n’est ni crédité ni payé pour son utilisation sur votre site. Mais ça ne vous empêche pas de donner des leçons à ceux qui ont des pratiques identiques aux vôtres.
      Etonnant, non ?
      (ma dernière phrase est la propriété des ayants-droits de Pierre Desproges)

    • Kaes dit :

      C’est bien ce que je dis : « sont créditées autant que possible ». Donnez-moi le nom du photographe, et je le créditerai. Et si celui-ci me le demande, je supprimerai sa photo. Je me permets toutefois son utilisation de la même façon que je permets aux gens l’utilisation de tous les éléments de mon travail : http://creativecommons.org/licenses/by-nd/3.0/deed.fr. Et si quelqu’un réutilise des éléments provenant de mon travail sans savoir que ça vient de moi, je ne vais pas lui en vouloir. Seulement lui demander de me créditer. Alors je ne vois pas le lien entre mes pratiques et les leçons que je donne… Avant de parler de la mauvaise foi des autres, ça serait bien de commencer par éviter les amalgames.

      « Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n’aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? Ou comment peux-tu dire à ton frère : Laisse-moi ôter une paille de ton œil, toi qui as une poutre dans le tien ? Hypocrite, ôte premièrement la poutre de ton œil, et alors tu verras comment ôter la paille de l’œil de ton frère. »
      Évangile de Jésus-Christ selon Saint-Matthieu, chapitre 7, versets 3 à 5 (Dois-je préciser « Traduction d’après la Bible par Louis Segond » ?).

      Je me permets de donner des leçons car je suis cohérent. Et je ne permets pas d’en recevoir tandis que ça n’a pas lieu d’être.

  64. elbo dit :

    Il faut aussi demander à être payé d’avance, au moins pour une partie du budget.
    On ne lève pas son crayon tant qu’on a pas encaissé un fifrelin.

  65. harryko dit :

    Tred bon article et je me posais justement labquestion.
    J ai monte ma startup il y a quelques mois et je suis passe par les etapes logos charte graphique etc.
    On a pas joue la carte du gratuit,plus la confiance et sur book et moralite 2 prestataires et trop d argent et d energie depensé….
    Du coup je me demandais comment trouver le bon graphiste qui a la fois est bon et correspond a notre idee….sans encore se planter et redepenser…a nouveau.
    Je voyais l option appel a proposition mais tout comme dans mon metier il est necessaire d etre paye pour ce que l on fait…
    Si vous avez des idees pour la selection je suis preneur

    • C’est vrai que ce n’est pas évident de séparer le grain de l’ivraie quand on ne connait pas notre métier. De plus, certains ne sont pas forcément bons commerciaux ou bons pédagogues, ce qui est souvent la cause de malentendus étant donné que notre métier traite une part de subjectif. Je recommande souvent aux gens d’y aller au feeling, chose importante dans le métier car si le courant passe bien, alors le prestataire sera plus en mesure de faire ce qui vous correspond. De la même façon qu’un professionnel du graphisme obtient souvent des contrats sur recommandation, il peut être judicieux de demander à votre réseaux de vous recommander un nom. Autrement, on peut aussi en parler directement ensemble

  66. Anon dit :

    Des qu’on me propose du bénévolat, bizarrement je comprends « en nature ».
    J’aurais pu avoir de gros problèmes a cause de ça.
    Chers clients, soyez plus explicites je vous en prie. Il en va de votre bien être postérieur

  67. dugland dit :

    tres bon article ca me rappel http://monmacon.tumblr.com/

  68. loic dit :

    petit lien imaginant les demandes faites aux graphistes appliquée à un macon
    http://monmacon.tumblr.com/

  69. mdelteil dit :

    Alors tu remplaces « graphiste bénévole » par « stagiaire développeur web idéalement niveau ingénieur ou Niveau BAC +4 à BAC + 5 avec expérience professionnelle
    – Excellente maitrise de la programmation objet
    – Maitrise de PHP, CSS3, HTML5, JQuery
    – Maitrise des frameworks PHP
    – Maitrise du responsive webdesign
    et tu comprends pourquoi les développeurs comme moi ont aussi ras-le-*** de cotoyer sur leurs terres ces esclavagistes que sont nos chères agences françaises super start-up ayant eu une super idée qui va super marcher et où on te propose des parties gratuites de baby-foot en guise de rémunération mais où l’ambiance est super quand même si si vient nous rencontrer pigeon.

  70. Samuel dit :

    Bonjour,
    Je suis développeur indépendant et je recharchais un graphiste bénévole pour avoir un premier rendu d’un jeux que je développe (avec mes propres graphismes fait à la paint 8D ). Je tombe donc sur ce file: http://www.jeuxvideo.com/forums/1-90-65775-1-0-1-0-recherche-graphiste-benevole.htm avec un kikoo jouant toute la journé à CoD et qui se lance sur youtube qui cherche un graphiste pour faire sa bannière, logo etc… Et première réponse: ce post. Je vais donc dessus, je lis votre article. Je comprend que vous refusiez des proposition telle que celles-ci mais dans le cadre d’un projet, un graphiste bénévole pourrais être une solution avant d’en embaucher un vraie (ou de le faire passé de bénévole à employé) mais pour créé un logo sans se ruiner, autant utiliser des sites comme cooltext ou autre.

    • Bonjour Samuel

      Je comprends votre avis, mais vous vous imaginez demander à un maître d’œuvre de construire un local pour votre activité, et le payer quand vous aurez du travail ? Impensable, n’est-ce pas ? Le graphiste fait parti du projet d’entreprise, c’est un prestataire de service comme n’importe quel autre prestataire. Et le jeux que vous développez, vous ne parviendrez pas à le faire avec zéro euro. C’est totalement utopique. Éventuellement, lancez une campagne de crowdfunding et payer un professionnel (en même temps, ça vous permettra de tester l’écho que peux recevoir votre projet). Mais il n’y a aucune raison pour qu’une personne donne de son temps dans l’espoir d’être payé seulement SI ça marche (et encore, là vous ne parlez même pas de la payer pour le travail accompli, uniquement pour ce qui viendra ensuite).

      De plus, ce genre de cadres (ou d’absence de cadres) sont aussi souvent ceux où l’on exige le plus possible du prestataire « bénévole ». Bien plus que ce qu’on aurait obtenu autrement. Vu que c’est gratuit, on y va jusqu’à l’épuisement. « Après tout, il a accepté ! » se disent certains. Pas d’argent, pas de reconnaissance. Oui mais non.

      Vouloir monter un projet sans se ruiner, c’est vouloir monter un projet qui n’est pas prêt. Je le vois à titre d’indépendant : Mon activité se développe bien, mais parce que juste sur 2014, j’ai mis 1200 € sur la table rien qu’en communication et réseaux. On appelle ça un investissement Si vous ne pouvez pas vous payer un graphiste (ou n’importe quel autre prestataire à toutes fins utiles) ou que votre projet ne permet pas de le payer par la suite, je suis sincèrement désolé de vous dire que c’est que votre projet n’est ni prêt, ni viable.

  71. Honhil dit :

    Cette situation existe parce que des graphistes ont habitué les uns et les autres à du gratuit, des cadeaux en tout genre, etc…
    Il faut s’habituer à envoyer des devis pour tout et n’importe quoi (Conversion de fichiers, etc). N’offrez pas votre temps gratuitement puisqu’on vous dit très tôt qu’il s’agit d’argent.
    Ces clients ont toujours des sous pour l’imprimeur mais jamais pour le créatif. C’est à ce dernier qu’il convient d’avoir un certain orgueil pour ne pas sombrer définitivement !

  72. Eymeric HENIN dit :

    Merci pour les précieux conseils

  73. Tom dit :

    Voilà la voix de tout un secteur économique : la création. Certes, cette tendance n’est pas nouvelle, mais sa persistence est effectivement de plus en plus intolérable. A mentionner aussi, l’utilisation de la formule stage avec CDI à la clé… Dans la production audiovisuel, j’ai également connu le fameux refrain à maintes reprises, de la part d’entreprise et même de sociétés de production et agences de communication ! Jamais cédé, bien qu’on m’est assuré que ma carrière en pâtirait, et heureux de cela. Le fait est que cette pratique commence à se répandre dans d’autres secteurs, une connaissance menuisier-ébeniste s’est vu demandé la conception d’un meuble gratuitement du fait qu’on lui fournissait du bois de cagette en guise de matériau… la bonne blague. Merci pour cette tribune pour la reconnaissance de nos savoirs-faire !

    • Le coup du meuble en bois de cagettes m’a achevé ! Je préfère en rire… mais je fais le même constat que toi depuis quelques temps : Ce type de pratiques est en train de s’étendre à d’autres corps de métier. Merci pour ton témoignage

  74. Honhil dit :

    N’hésitez pas à jeter un coup d’œil sur cette pétition qui concerne le changement radical du mode de paiement de la retraite complémentaire des artistes (IRCEC…). Ca va vraiment saigner !
    http://www.reforme-raap.org/

  75. Marialexie dit :

    Non mais attends, tu demandes à être payé ?! T’es pas un vrai passionné !! x)

    Le pire c’est que de mon côté je me fais pourrir par d’autres dessineux parce que j’ai l’audace de dénoncer ce type d’arnaques …. :v

    • Tu rigoles, mais en effet ce n’est pas une passion J’aime mon métier, profondément même. Mais le terme passion est trop fort pour que mon métier le mérite venant de ma part. D’ailleurs, un métier peut difficilement être une passion d’après moi. Issu d’une passion (la conception graphique), comme c’est mon cas et celui de beaucoup d’autres. Mais parler de passion pour un métier dont la passion représente que 30% de notre temps de travail, c’est compliqué. D’autant que dans ces 30% il n’y a pas que des choses qui nous plaisent. Ca pourrait faire l’objet d’un article tient.

      Pourrir par des dessineux ? O_o Ce sont des amateurs/débutants peut-être ? Tu me diras, dans notre métier on a bien des confrères à défendre le crowdsourcing…

  76. Maxime dit :

    Cet article déborde de vérités, le statut de graphiste est bien trop dévalorisé autant par les annonceurs que par la population. Aujourd’hui, la loi ne protège pas assez les métiers de créatifs et c’est inadmissible. Cet article m’a rappelé un autre que j’ai pu lire sur les abus des appels d’offres ainsi que le statut de graphiste ( pour les curieux : http://blog.graphicstyle.fr/le-scandale-des-appels-doffres/ ) où le constat est identique.

  77. Mat dit :

    Et du coup si je fais de la pub pour ton article, tu me fais un logo gratuit ? :p
    Bon article, je suis tombé dessus en cherchant « graphiste bénévole » oui je le dis je l’assume bouuuh :p
    Cependant j’étais déjà conscient que tout peine mérite salaire et que d’une idée du demandeur ça part vite dans des chemins tous aussi tortueux les uns que les autres mais d’avoir le point de vue du graphiste avec du vécu c’est d’autant plus marquant.
    Mon souci c’est que comme le graphiste je roule pas sur l’or, j’ai un petit site perso pour lequel je galère à faire un logo (c’est pas mon métier et je suis plutôt en panne d’idées pour ce style de choses.), un ami s’est fait faire un logo pour son site en échange de pièces pour PC. C’est une autre forme de rémunération mais c’est une rémunération qui allait dans les deux camps donc l’honneur est sauf et la gratuité évitée
    Moi c’est plus dans les pièces auto que je pourrais réussir à me démerder mais je trouve pour l’instant personne qui soit intéressé. Ou alors c’est clairement hors budget … je remets pas en cause les devis fais attention c’est bien moi qui n’est pas le budget pour ça.

    Bref merci pour cet article bien rédigé et intéressant