Le secret d’une harmonie des couleurs réussie


En design graphique, nous sommes souvent confrontés aux goûts des clients. Mais au delà de notre propre perception des couleurs, c’est avant tout à l’harmonie des couleurs à laquelle nous devons penser pour obtenir une composition efficace.

L’harmonie des couleurs est la théorie qu’une combinaison de couleurs précises, indépendamment de nos goûts personnels, sera la combinaison de couleurs qui fonctionnera le mieux aux yeux de la plupart des gens. En d’autres termes, il s’agit des combinaisons de couleurs assurément gagnantes. Cette harmonie est l’explication au pantalon violet de Hulk, aux costumes jaune et bleu des X-Men, ainsi qu’à presque toutes les décisions prises par des professionnels de l’image en matière de couleurs.

aetherconcept-harmonie-couleurs-hulk

Le cercle chromatique
L’harmonie des couleurs est basée sur un disque coloré appelé le cercle chromatique. Pour ma part, c’est le responsable de la plupart de mes choix en terme de couleurs. Les couleurs primaires sont sur trois points à égale distance de la roue. Il s’agit du rouge, du bleu et du jaune. Dans le domaine de la peinture, où le cercle chromatique trouve son origine, ces trois couleurs primaires sont utilisées pour créer presque toutes les autres couleurs.

Dans l’imprimerie offset, celles-ci font toutefois place au cyan, au magenta et au jaune. Le noir est ajouté afin de créer les couleurs plus sombre. On abrège d’ailleurs ces quatre couleurs avec l’appellation CMJN (leurs initiales), à l’instar des couleurs RVB (rouge, vert, bleu) de la lumière et utilisées par nos écrans.

Ensuite, entre ces couleurs primaires nous retrouvons alors les couleurs secondaires. A savoir, le violet (entre le rouge et le bleu), le orange (entre le rouge et le jaune), le vert (entre le jaune et le bleu). Toutes ces couleurs se trouvent donc quelque part sur le cercle chromatique.

aetherconcept-cercle-chromatique-johannes-itten

Le cercle chromatique et ses variantes de Johannes Itten

Une chose importante à savoir avec l’harmonie des couleurs, c’est que l’assombrissement ou l’éclaircissement d’une couleur n’affecte pas sa position dans la roue, mais uniquement la pureté de la couleur (en partant du principe que l’assombrissement ou la clarté d’une couleur sont des altérations de sa pureté). Du coup, le orange peut aller vers le brun en fonçant, ou vers une couleur chaire en s’éclaircissant, mais dans les deux cas ça restera quand même du orange sur le cercle chromatique.

La couleur clé
Après avoir découvert le cercle chromatique, l’autre chose importante à comprendre est la couleur clé. Chaque conception doit partir d’une couleur principale. Cette couleur ne sera jamais modifiée, elle est immuable dans votre conception visuelle. Ainsi, quand je conçois un logo et que je patine dans ma recherche, je m’en tiens toujours à ma couleur principale pour pouvoir trouver les autres. Pour reprendre l’exemple de Hulk, votre couleur clé sera le vert car il est la couleur que vous ne pouvez pas changer. Si vous faites une photographie d’un proche, alors ça sera la couleur peau qui sera votre couleur clé. Enfin, si vous prenez une photographie d’un de vos produits, la couleur dominante du produit sera votre couleur clé.

Lors de la détermination de votre harmonie de couleurs, vous devez d’abord déterminer votre couleur clé. De là, vous pourrez vous essayez aux différents types d’harmonies et de voir laquelle convient le mieux à votre conception ou à vous-même.

Les 5 types d’harmonies
On estime qu’il existe 5 types d’harmonies des couleurs (à moins que vous ne soyez daltonien, ou issu d’un livre de Terry Prachett et puissiez voir aussi l’octarine).

  • L’harmonie directe : il s’agit de l’harmonie la plus simple. Vous prenez tout simplement le point opposé du cercle chromatique à votre couleur principal. Cette couleur est considéré comme la couleur complémentaire, aussi l’harmonie directe est-elle également appelée harmonie complémentaire. Presque toutes les harmonies de couleurs (à l’exception de l’harmonie analogue) sont une variante de l’harmonie directe.

    aetherconcept-harmonie-couleurs-type-1

    Ce schéma de couleurs est le plus commun et le plus facile à trouver dans toutes sortes de conception. La couleur verte de Hulk a le violet comme couleur complémentaire et c’est la raison pour laquelle il porte des shorts pourpres. Rouge et vert sont les couleurs de Noël et se trouvent également être les couleurs complémentaires. En photographie, le bleu est considéré comme la meilleure couleur pour mettre en valeur une personne puisqu’elle est la couleur complémentaire de tonus de la peau.

  • L’harmonie par scission de la complémentaire : plutôt que de prendre l’opposé de la couleur clé, il s’agit de sélectionner les couleurs se trouvant de chaque côté de la couleur complémentaire. Cela permet d’avoir accès à une gamme de couleurs plus large tout en ne déviant pas trop de l’harmonie directe. Le choix d’un jeu de couleurs de ce type est un choix sûr pour pratiquement toutes les compositions car il est quasiment impossible de se tromper.
    aetherconcept-harmonie-couleurs-type-2
  • L’harmonie complémentaire triadique : cette harmonie découle de la précédente, si ce n’est qu’on s’écarte un peu plus la distance de la couleur opposée à la couleur clé dans l’harmonie directe. Du fait que vous vous écartiez alors de la complémentaire directe, les couleurs sélectionnées sont à utiliser avec davantage de légèreté. Un peu trop dosées, et votre conception semblera comporter trop de couleurs.aetherconcept-harmonie-couleurs-type-3
  • L’harmonie analogique : Cette harmonie est idéale pour une conception tournant autour d’une seule teinte, et dont les couleurs utilisées ne s’éloignent pas trop de la couleur clé. Ces couleurs sont celles que l’on trouve directement à droite et à gauche de la couleur clé. Cela permet de réaliser une conception visuelle sans prendre trop de risques. Bien que cette harmonie peut être agréable à l’œil, elle peut aussi facilement laisser une impression de monotonie et manquer de dynamisme.aetherconcept-harmonie-couleurs-type-4
  • L’harmonie tétraédrique : semblable à l’harmonie triadique, à la différence qu’il y a quatre points d’ancrage sur le cercle et non plus trois, tous à égale distance. Bien que ce soit une harmonie de couleurs au même titre que les autres, elle est plus délicate à utiliser correctement puisqu’elle couvre l’ensemble du cercle chromatique. Plus subtilement, les conceptions réussies sur ce modèle utilisent en fait deux ensembles de couleurs complémentaires.
    Cette harmonie fait sens quand vous avez de nombreux éléments qui doivent se démarquer les uns des autres, comme ce peut être le cas sur une affiche. En utilisant des couleurs à égales distances sur le cercle chromatique, chaque élément du visuel bénéficie d’une attention égale aux autres. aetherconcept-harmonie-couleurs-type-5

En conclusion
J’avais en tête d’écrire un article sur le sujet depuis bien longtemps car je suis souvent amené à expliquer ce phénomène en détails à mes clients. Je vous en avais déjà très vaguement parlé dans un précédent article voila deux ans. Ce qui m’a décidé, c’est l’article très complet et en anglais de Zeven Design, que j’ai très librement adapté en français ici et dont j’ai repris quelques uns des exemples présentés.

Pour ceux qui veulent allez plus loin et s’amuser avec le cercle chromatique, un outil, Paletton (anciennement Color Scheme Designer). Je ne vous fais pas un tuto, vous constaterez que cet outil est aussi simple à utiliser qu’un crayon de couleur pour un gosse de 4 ans. Vous avez toutefois quelques fonctionnalités sympas, comme l’export de la palette générée ou bien la possibilité d’avoir la vision daltonienne de votre palette. Voila des années que j’utilise cet outil et je trouve celui-ci de loin bien plus pratique que tous les autres.

Ce qu’il faut retenir de cet article, c’est qu’au delà de nos goûts personnels, il y a des combinaisons gagnantes qui marcheront à tous les coups. Aussi mieux vaut-il parfois faire une concession sur nos envies et opter pour quelque chose qui marche. A vouloir faire trop original, vous pourriez tout simplement créer un repoussoir. Maintenant que vous avez toutes les cartes en main pour obtenir une harmonie des couleurs réussie, ça serait ballot

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

    

Sébastien DROUIN

Consultant en communication, designer, blogueur, metalleux, formateur, centriste et râleur positif. Mi-ours, mi-panda et re-mi-ours derrière.

Recevez ma newsletter

Assurez-vous de ne plus manquer un seul article en rejoignant les 8 000 visiteurs uniques mensuels du blog de l'Aetherium.
Je prends soin de votre e-mail autant que du mien

Un autre article ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 commentaires
  1. Cocco dit :

    Merci pour ce résumé déjà bien complet sur l’harmonie des couleurs. Très intéressant. J’avoue qu’en dehors des basiques (cercle chromatique, complémentaires…) je ne me suis jamais penchée sur la complexité des harmonies qui en résultent.

    Une chose m’interpelle cependant. Il est question de mettre les « goûts » de côté, autant dire la sensibilité, pour ne s’en référer qu’à l’aspect sensoriel du fonctionnement de la vue…
    Sûr que le vert de Hulk additionné de son pantalon violet attire le regard. Mais pour autant, est-ce que notre goût y sera sensible ?
    En terme de couleurs, est-ce que construire une image sur les bases de notre perception physique (et la réaction au mécanisme d’attraction qui en résulte) sans prendre en considération le goût, c’est-à-dire ce qui nous procure une forme de plaisir, ni notre l’affect, suffit à rendre cette image efficace ?

    On peut tous constater, par exemple, sans faire de généralités, que les femmes vont avoir tendance à être attirées (en terme de sensibilité) plutôt par certaines couleurs ou tons et les hommes d’autres… Ces penchants ne sont pas dictés par la loi de l’harmonie colorée, d’autres critères rentrent en compte…
    Ne peut-on pas imaginer alors que notre perception des harmonie colorées puisse avoir comme résultante des réactions très diverses, voire opposées, parce que justement cette perception sensorielle est connectée à d’autres critères (goût, culture, expérience…) ?
    En d’autres termes, n’est-il pas possible que l’image basée sur ces harmonies puisse créer un effet inverse à celui escompté… ?

    A moins que… Faut-il comprendre que la majorité des gens ont un goût qui correspond à la mécanique purement sensorielle des couleurs et les sensations qui en résultent ? (un vert et un violet attire le regard, donc je vais aller vers, je vais aimer…) ?
    Personnellement, c’est justement ce pouvoir effectif des couleurs qui m’a toujours rendu Hulk assez indigeste à regarder et donc à apprécier en terme de goût…
    Alors, si ces images obéissant aux codes expliqués ci-dessus fonctionnent généralement pour atteindre leur cible, est-ce à dire que nous n’obéissons prioritairement pas à nos goûts finalement ?

    • Tout d’abord, merci pour ton long message ! Pour répondre à tes questions :

      « Sûr que le vert de Hulk additionné de son pantalon violet attire le regard. Mais pour autant, est-ce que notre goût y sera sensible ? »

      > Tu emploies un terme très juste dans ton commentaire : la mécanique sensorielle. Elle est à distinguer du goût d’après moi. Il y a alors les ensembles de couleurs qui nous plaisent (liés goût), d’une part, et les ensembles qui sont efficaces (liés à la mécanique sensorielle) d’autre part.

      Du coup, quand on réalise une conception visuelle, il ne faut pas penser avec ses goûts, ou alors éventuellement juste ceux de la cible s’ils sont clairs et définis. Utiliser un schéma de couleur répondant à l’un de ces 5 types ne fera pas une composition qui plaira à tout le monde. Mais en revanche, ça donne l’assurance d’avoir une composition qui attirera l’œil, sera lisible et percutante pour la majorité des gens, et c’est ça que nous devons rechercher pour moi

      « Ne peut-on pas imaginer alors que notre perception des harmonie colorées puisse avoir comme résultante des réactions très diverses, voire opposées, parce que justement cette perception sensorielle est connectée à d’autres critères (goût, culture, expérience…) ? »

      > Sans nul doute ! Mais encore une fois, il faut distinguer goût et mécanique sensorielle. A moins d’être daltonien, il y a peut de chance qu’une sixième harmonie des couleurs soit aussi efficace que ses grandes sœurs.

      « En d’autres termes, n’est-il pas possible que l’image basée sur ces harmonies puisse créer un effet inverse à celui escompté… ? »

      > Chez certaines personnes, je pense que c’est possible. Mais, et c’est là seulement un avis personnel, j’estime que la proportion est suffisamment minime pour être négligée.

      « Personnellement, c’est justement ce pouvoir effectif des couleurs qui m’a toujours rendu Hulk assez indigeste à regarder et donc à apprécier en terme de goût… »

      > Pour conclure, Hulk est moche pour moi aussi mais l’ensemble de couleurs est efficace. On parle d’harmonie des couleurs (le mot harmonie pouvant être subjectif), mais le terme juste serait peut-être l’harmonie physique des couleurs.

      Merci encore pour ta contribution

  2. Cocco dit :

    Sébastien, je te remercie d’avoir pris le temps pour répondre aussi précisément à mon intervention. J’apprécie beaucoup la clarté de tes propos.

    « Du coup, quand on réalise une conception visuelle, il ne faut pas penser avec ses goûts, ou alors éventuellement juste ceux de la cible s’ils sont clairs et définis. »
    Tu as écrit ce qui m’a traversé l’esprit au moment où j’écrivais… Effectivement, ce que mon questionnement supposait, c’était la prise en considération de la connaissance de la cible, de ses goûts…

    « harmonie » est un terme pouvant prêter à confusion, il est vrai. J’aime bien ta définition « harmonie physique des couleurs », d’autant qu’en lisant l’article, je pensais justement à mes vieux cours de sciences (physique et sciences naturelles)…

    … De rien, c’est un plaisir !

  1. 8 juillet 2015

    […] Le secret d’une harmonie des couleurs réussie – Manufacture créative Aether Concept – Graphisme print, conception web et formation à Saint-Brieuc, Rennes et en Bretagne  […]

  2. 6 juillet 2016

    […] que sourd, Beethoven était un compositeur de génie. Je ne vais pas entrer dans les détails de la théorisation de l’harmonie des couleurs, et de la perception par notre encéphale de ces abondantes nuances et tonalités (vous vous […]